Madres paralelas Espagne 2021 – 123min.

Critique du film

Deux femmes, deux enfants, une histoire

Critique du film: Maxime Maynard

En voilà un qui fait du bien au 7ᵉ art. Depuis son dernier court-métrage avec Tilda Swinton, adapté de l’œuvre de Jean Cocteau, Pedro Almodóvar revient au format long avec sa muse depuis Live Fless. Un métrage en lice pour le Lion d’Or cette année à Venise où Penélope Cruz y décrochait le prix de la meilleure actrice.

Un titre programmatique, Madres paralelas, ou le destin parallèle et croisé de deux femmes : Janis (Penélope Cruz) et Ana (Milena Smit). Célibataires, enceintes et d’âges différents, elles se rencontrent dans une chambre d'hôpital, sur le point d’accoucher. Alors que Janis se réjouit des évènements à venir, elle remonte le moral d’Ana, jeune adolescente abasourdie par la maternité. Et les quelques mots qu’elles échangent viennent créer un lien singulier entre les deux femmes, un lien que le hasard se chargera de mettre à mal.

Pedro Almodóvar fait ce qu’il sait faire de mieux et s’entoure de figures féminines fortes pour une distribution haut de gamme. Si les dialogues artificiels de ce drame intergénérationnel auraient pu sembler risibles dans la bouche de n’importe qui, c’est sans compter sur le brio de notre cinéaste pour choisir sa distribution. Il garde précieusement Penélope Cruz au premier plan et nous ne pouvons qu’applaudir son choix. Son talent trouve ici une confirmation supplémentaire. Elle rayonne. Sa performance, grandiose, se glisse sous notre peau. Nous ne pouvons la quitter du regard. Elle aurait pu porter à elle seule la totalité du film, mais se trouve aidée dans sa tâche par une Milena Smit vibrante de douceur. C’est une révélation!

Les conflits intergénérationnels, typiques de Pedro Almodóvar, se retrouvent ici teintés de blessures historiques espagnoles. Cet arrière fond politique, moteur original de l’histoire, ponctue son ensemble. Il flotte sur le film tel un fantôme franquiste sur l’Espagne, et c’est avec un réel intérêt que nous écoutons son récit. Cependant, nous sentons notre réalisateur malhabile quant au traitement d’une thématique aux proportions plus amples que ses habituels drames familiaux. Elle n’apparaît que de-ci de-là, l'excuse d’une rencontre, avant de prendre toute son importance bien trop tard dans le métrage.

Pedro Almodóvar nous offre un film fièrement marqué de sa patte. Nous admirons sa volonté d’imposer un regard féminin sur un paysage audio-visuel dominé par la gent masculine. Son esthétique met en valeur le talent de ses actrices ; d’une Penélope Cruz déchirante ; d’une Milena Smit touchante. La dimension politique, en manque de substance, n’en reste pas moins traitée avec respect, avec une sensibilité propre à notre cinéaste. Et si Madres paralelas reste dans la lignée de ses précédents films, nous le sentons prêt à relever de nouveaux défis.

06.12.2021

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 21 jours

Bouleversant, émouvant, tout dans la finesse, jamais vulgaire, justesse des mots, des gestes avec des images magnifiques. Interprétation à la hauteur du scénario. Un film sublime en tous points. Le tout avec un casting fabuleux, j'en suis ressorti touché en plein coeur. Un tout grand film d'Almodovar. (G-30.12.21)Voir plus


TOSCANE

il y a 25 jours

Une histoire familiale, de femmes, enfants, bébés, filles, mères et belles-mères. Avec en filigrane une enquête sur une affaire politique, soit la guerre civile qui opposait républicains et communistes, à l’époque des nationalistes sous le Général Franco. Une dernière image symbolique bouleversante quand les vivants prennent la place des morts. Un bon Almodovar et un vrai plaisir que de retrouver Pénélope Cruz sans artifices et sans prothèses !Voir plus


Sequoia

il y a 30 jours

Madres paralelas est un très bon Almodovar. Je craignais le réchauffé, eh bien pas du tout même si tous les thèmes chers au cœur d’Almodovar sont là: Les mères, les filles mères, les lignées matriarcales et bien entendu l’attirance homosexuelle, avec en bonus cette fois le malaise récurrent des Espagnols vis à vis des blessures non encore cicatrisées de la guerre civile.
Penelope Cruz est magistrale et la petite jeune qui lui donne la réplique crève tout autant l’écran. D’ailleurs tous les acteurs sont très bons, le montage est rapide et efficace, les séquences sont claires, Almodovar ne brode pas, il va droit au but et choisit les scènes les plus pertinentes pour nous raconter deux histoires parallèles, un peu complémentaires et somme toute très intéressantes.Voir plus


Autres critiques de films

Spider-Man: No Way Home

Nightmare Alley

The King's Man: Première Mission

Scream