Celle que vous croyez France 2019 – 101min.

Celle que vous croyez

Critique du film

Celle que vous croyez

Clélia Godel
Critique du film: Clélia Godel

Réalisé par Safy Nebbou, Celle que vous croyez met en scène une quinquagénaire interprétée par Juliette Binoche qui se fait passer pour une femme plus jeune sur les réseaux sociaux pour épier son amant. Adapté du roman éponyme de Camille Laurens, le film aborde admirablement les jeux de manipulation et de pouvoir qui régissent les relations virtuelles.

Celle que vous croyez propose une réflexion passionnante sur les relations virtuelles, notamment au travers des manipulations et des dangers qu’elles entraînent. Le film dépeint avec justesse le cercle vicieux dans lequel se retrouve plongée cette quinquagénaire, dont la création d’un avatar aura l’effet d’une renaissance. L’excitation du début laissera progressivement la place aux doutes dès qu’elle se rendra compte que les sentiments partagés sont bien réels. Mais une relation fondée sur le mensonge peut-elle se terminer sur une fin heureuse ? Claire voudra y croire par peur d’être abandonnée.

Absolument resplendissante, le film doit justement beaucoup à l’interprétation de Juliette Binoche qui joue à merveille cette femme décomplexée, mais à fleur de peau, à laquelle on s’attache très vite. Ses entretiens avec sa thérapeute, interprétée par Nicole Garcia, apportent encore plus de densité à son personnage, notamment lorsqu’elle doit expliquer certaines de ses décisions au sujet de sa relation avec Alex. Ce dernier est par ailleurs incarné par un François Civil plein de sensibilité, qui réussit à faire passer ses émotions uniquement avec sa voix dans les échanges téléphoniques qui ponctuent toute la première moitié du film.

On regrette néanmoins que la deuxième partie du long-métrage perde un peu de la subtilité développée en amont et qu’elle prenne presque des allures de thriller. Au lieu de poursuivre le raisonnement sur la question des sentiments et des relations virtuelles, le film enchaîne les rebondissements saugrenus, bien loin de bénéficier de la finesse d’écriture du départ. La poésie avec laquelle Safy Nebbou filmait le début, en jouant notamment avec les écrans et les miroirs pour appuyer la thématique de la double identité, laisse également la place à une mise en scène beaucoup plus traditionnelle. Si ce changement de ton déstabilise au premier abord, la séance n’en demeure pas moins plaisante.

En bref !

Porté par une Juliette Binoche remarquable, Celle que vous croyez intrigue et captive dans sa première partie en abordant avec élégance la sincérité des relations et la vérité des sentiments. Dommage que le long-métrage ne parvienne pas à conserver cette subtilité sur l’ensemble de l’œuvre et qu’il s’engouffre dans une deuxième partie un peu trop rocambolesque et moins poétique.

15.05.2019

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 7 mois

“Une liaison dangereuse”

Claire, professeure de lettres quinquagénaire et divorcée, raconte à une psychothérapeute, son histoire. Abandonnée par Ludovic, son amant plus jeune, elle a créé un faux profil pour tenter de devenir son amie. Sur Facebook, elle se prénomme Clara, brune sexy de 24 ans, bientôt 25. Alex, colocataire de Ludo, se laisse tenter et séduire.

« Pour les gens comme moi, les réseaux sociaux, c’est à la fois le naufrage et le radeau. » Claire s’y noie peu à peu, gagnée par le vice et le virtuel. La liaison à distance devient dangereuse. Un numéro de téléphone ? Une photo ? Un rendez-vous ? A force de s’approcher d’un si beau soleil, on s’y brûle. Le jeu de l’amour et du hasard exige des perdants. Quand la plus grande des rivales est celle qui n’existe pas, le fantasme devient fantôme.

Le fil déroulé paraît relativement ténu, avant qu’il ne s’emmêle dans les tiroirs d’un thriller pas toujours convaincant. En quête d’un Roméo, Juliette Binoche s’amuse avec son âge, incarnant une actrice qui craint de se montrer. Filmée à fleur de peau, elle autorise la caméra à dévoiler sur son visage les marques du temps. Pas de quoi la rendre moins radieuse que l’avatar en toc qu’elle s’est choisie.

6.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 7 mois


TOSCANE

il y a 7 mois

Le piège du virtuel quand les sentiments s’en mêlent. Magnifique Juliette Binoche, solaire, sincère, pour ce rôle sans masque, sans fard, sans artifice. Claire essaie de repousser le temps qui passe sans renoncer à ses désirs, celui d’être amoureuse, d’être vue et regardée, entendue et écoutée. Un amour impossible, basé sur un mensonge. Cruel. Mais beaucoup d’émotion.Voir plus


Eric2017

il y a 8 mois

Très belle réflexion sur la problématique des sites de rencontres et des réseaux sociaux. Ce qu'il s'y dit est-il vrai ? La problématique de l'âge pour faire une rencontre encourage-t-il le mensonge? Le tout extrêmement bien filmé et avec une actrice merveilleuse Juliette Binoche. Un excellent film où on en ressort pas indemne. (G-09.03.19)Voir plus


Autres critiques de films

Le Mans 66

Joker

Doctor Sleep

Retour à Zombieland