Seven Sisters Belgique, France, Royaume-Uni, Etats-Unis 2017 – 123min.

Seven Sisters

Critique du film

What Happened to Monday?

Critique du film: Geoffrey Crété

2073. Face à une surpopulation inquiétante, le gouvernement dirigé par Nicolette Cayman a mis en place une politique de l’enfant unique. Le Bureau d’Allocation des Naissances est ainsi chargé de veiller au respect de la loi, grâce à un système de surveillance rigoureux qui permet de trouver tous ceux qui tentent d’avoir plusieurs enfants. Mais Terrence Settman a trouvé une parade pour garder secrète l’existence de ses sept petites filles : nommées selon les sept jours de la semaine, elles partagent une identité officielle à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule femme, Karen. Mais tout s’effondre lorsque Lundi disparaît dans de mystérieuses circonstances…

Après les zombies nazis de Dead Snow et le conte pour enfants Hansel et Gretel revisité sous forme de film d’action bête et méchant, Seven Sisters est presque le film de la maturité pour le réalisateur Tommy Wirkola, d’ordinaire intéressé par le second degré. Sans réinventer le genre avec une histoire classique de dystopie qui rappelle notamment Soleil vert de 1973, le cinéaste s’applique ici à raconter l’aventure rocambolesque mais touchante de sept sœurs dans un futur cauchemardesque. Avec l’excellente Noomi Rapace qui assure le service avec sept rôles, et même Glenn Close et Willem Dafoe qui apportent une dimension à des personnages en arrière-plan, il parvient à mener tambour battant son récit porté par une dose d’action, de suspense et de surprises parfaitement divertissantes. Il se heurte néanmoins au mur de la mesure, Seven Sisters succombant peu à peu aux scènes faciles et grosses ficelles.

07.11.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

“Hunger game”

Il était une fois des septuplées nées d’une mère morte en couche. Leur grand-père les recueille et prénomme chacune d’un jour de la semaine. Mais dans ce monde gangrené par la surpopulation, la politique de l’enfant unique fait loi. Aux yeux des autres, elles ne devront être qu’une. Ainsi, va leur vie secrète jusqu’à l’âge adulte. Un lundi soir, quand l’une ne revient pas. Et c’est l’existence de ses sœurs qui est menacée…

Il y a Monday, l’aînée modèle, Saturday, la fêtarde aguicheuse, et Sunday, l’idéaliste. Fragile, Garçonne, G.I. Jane et Geek complètent le tableau. Des caractères surlignés pour distinguer plus facilement les sept figures d’une même actrice, Noomi Rapace. La caricature est acceptable tant qu’on reste dans le conte noir comme l’ombre sur la neige. Quand la jeune Thursday se blesse au doigt, c’est six index en plus que l’on coupe pour saigner la différence. Insister sur la souffrance de la négation de soi et de ses dangers schizophrènes aurait permis au film de gagner en profondeur. Car l’univers dystopique proposé, mal dessiné, reste superficiel. Le scénario manque d’endurance et transforme l’intrigue en un « shoot’em up » dans lequel l’héroïne n’a que sept vies pour éviter le « Game over ».

6/10

Dernière modification: November 17, 2017 14:37

Voir plus

Seven Sisters 3

commundmortels

Une idée de base brillante, un grand tirage de chapeau à Noomi Rapace qui fait tout le film à elle tout seule, vu qu'elle joue chacune des 7 soeurs. A notre époque, le fait de mettre 7 fois la même actrice dans le même plan n'impressionne plus tant que ça, mais quand même. Un peu trop de boum-boum, mais le rythme est bon, l'intrigue aussi. Manque tout de même un petit je ne sais quoi, mais sans conteste un des bons films du moment.

Seven Sisters 4

vincenzobino

3.5: Le grand saut
Karen semble avoir une situation professionnelle des plus confortables: cadre bancaire. Seulement un lourd secret la hante: 7 sœurs jumelles endossent son identité et chacune doit être rigoureusement identique à ses semblables car nous sommes en 2027 et la loi interdit de procréer plus d'un enfant sous peine d'extermination des seconds enfants voire plus. Or, lorsque vous avez sept profils différents devant incarner une même personne, la moindre erreur se paie cash.
Le voici donc cet attendu phénomène science-fiction dont la bande-annonce semble nous promettre une performance féminine rare ainsi qu'une certaine critique de divers modes de gouvernement.
Ces deux points sont parfaitement réalisés: Noomi Rapace est parfaite, les raccords quasiment, et divers modes répressifs de régime politique du XXème siècle sont dénoncés, tel le communisme chinois ou le nazisme. Le visuel est également bon sans être aussi transcendant que le Los Angeles de K Dick ou le Chicago d'Asimov récemment vus.
L'écriture justement est indirectement le maillon faible: les références Asimoviennes sont bien présentes mais deux ombres persistent, l'une paternelle, l'autre politique.
Néanmoins, la mission divertissement quelque peu gore est réussie. Se laisse donc tout à fait voir...

Voir plus

Seven Sisters 3

Autres critiques de films

Justice League

Thor: Ragnarok

Saw: L'héritage

Cars 3