Élémentaire Etats-Unis 2023 – 109min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

9

10

6

3

5

3.5

33 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

commundmortels

il y a 9 mois

Quelle perte de temps!
Un film archi convenu, sans aucune surprise et qui déborde de politiquement correct. Au final, une histoire d'amour bien plate, mélangée à une histoire de famille d'exilé bien sirupeuse me font douter des nouveautés Disney-Pixar. Nul !


Romain

il y a 9 mois

il et trop cool


CineFiliK

il y a 1 an

“Histoire d’eau… et de feu”

Dans une banlieue d’Elemental City, Flam se sent prête à reprendre le flambeau en s’appropriant le magasin de son vieux père. Mais son tempérament volcanique endommage les tuyaux du sous-sol, provoquant une inondation et l’intervention de Flack, un inspecteur de la mairie à la sensibilité ruisselante.

Le feu ça brûle et l’eau ça mouille. Mis en contact, le tout bouillonne risquant l’évaporation. Elémentaire, mon cher… La métaphore est charmante et les idées ne manquent pas pour marquer l’antagonisme du couple en devenir. Elle a le pouvoir de souder le métal, de transformer le sable en verre et de le souffler pour en faire des sculptures à la beauté colorée. Tout en transparence émotionnelle, il laisse couler abondamment ses larmes. Côté gags, on aime les jeux de mots anglais à l’ambiguïté non feinte : « You’re hot » ou « You’re smoking ». Quant à la famille de Flack, c’est au « Crying game » qu’elle aime s’adonner après le repas. Amusants, comme cette ola au stade devenant littéralement une vague, le tout baignant dans une animation convaincante.

L’histoire rappelle la difficulté de l’exil et de l’intégration quand s’impose la discrimination sociale. Dans la métropole grouillante, même si air et terre peinent à s’illustrer, le feu est un élément dangereux dont on se méfie et que l’on préfère ghettoïser. Le poids des traditions familiales et du regard parental sont également évoqués. Le message est limpide comme de l’eau de roche. Il manque alors au film de Peter Sohn, qui nous avait déçu avec le délébile Voyage d’Arlo, une inventivité salée qui aurait pu élever l’intrigue. Ses personnages archétypiques, pas si éloignés des caractères inoubliables de Vice-versa, perdent en profondeur et ratent une véritable fusion avec le spectateur.

(6.5/10)Voir plus

Dernière modification il y a 1 an


Watchlist