Les Minions 2: Il était une fois Gru France, Japon, Etats-Unis 2020 – 87min.

Critique du film

De biens mignons fauteurs de troubles

Critique du film: Teresa Vena

La vague jaune déferle à nouveau : Les Minions restent fidèles à eux-mêmes, ce qui signifie que la situation sera chaotique. Leur mission, cette fois, est d'aider leur tout jeune patron, Gru, qui se retrouve pris entre les feux de méchants concurrents.

Dans les années 70, Gru (avec la voix de Gad Elmaleh) a onze ans. Lorsque l'institutrice lui demande ce qu'il veut faire quand il sera grand, il répond : un super-vilain. Et bien sûr, chaque méchant a besoin d’assistants dévoués. Gru les a déjà : les Minions, et ils vont l'aider à devenir le nouveau membre des «Vicious 6» qui viennent de limoger leur chef. Mais ils ne seraient pas les célèbres petits hommes jaunes qui nous font tant rigoler si certaines choses ne tournaient pas mal en cours de route.

Ce n’est pas la première fois que des personnages secondaires deviennent si populaires qu’ils se retrouvent promus protagonistes principaux d’un nouveau projet. Débarqués sur les écrans en 2010 dans Moi, moche et méchant, puis sa suite de 2013, les Minions créent un véritable ras-de-marré. Surfant sur cet engouement, en 2015, Les Minions raconte les origines des petits personnages, bien avant la naissance de leur boss, Gru. Aujourd’hui, ils sont de retour sur le devant de la scène avec un nouveau film : Les Minions 2: Il était une fois Gru, réalisé par Kyle Balda, qui se déroule durant l’enfance du super vilain.

Restant des produits dérivés d’arrière-plan, pas sûr que les Minions ne bénéficient de toute l'attention qu'ils méritent. Mais leurs apparitions, qui se concentrent principalement sur le premier tiers du film, raviront certainement les amatrices et les amateurs de cet humour enfantin et absurde. Leurs créateurs originaux, Chris Renaud et le français Pierre Coffin, qui doublent également les petites créatures, ont réussi à concevoir les plus adorables et les plus attachants anarchistes de l’histoire du cinéma. Toujours farceurs, très rapidement distraits, fondamentalement maladroits et un peu paresseux : les minions, ces grands amateurs de bananes, continuent d’amadouer un public de tout âge.

(Traduit de l’allemand.)

13.07.2022

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 1 mois

Vraiment bien ce deuxième opus. Contrairement à Bad Guy j'ai beaucoup ri. De bons gags, une histoire qui tient la route j'ai passé un très bon moment de cinéma animé seul dans la salle pour une avant-première😳. (G-03.07.22)


Autres critiques de films

Là où chantent les écrevisses

Bullet Train

Top Gun: Maverick

Nope