Men In Black: International Etats-Unis 2019 – 115min.

Men In Black: International

Critique du film

Men and Women in Black, à votre service !

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

7 ans après le dernier volet des aventures des « hommes en noir », F. Gary Gray (Straight Outta Compton, Fast and Furious 8) relance la franchise non pas avec une suite, mais bel et bien un reboot. Exit Will Smith, Tommy Lee Jones ou encore Josh Brolin; Chris Hemsworth et Tessa Thompson sont les nouveaux agents en fonction.

Men In Black, la cellule populaire maintient l’ordre au milieu des différentes attaques d’aliens venus d’autres galaxies. La Terre est entre de bonnes mains, protégée de la vermine intergalactique. Mais quand la menace vient de l’intérieur, les Men In Black devront redoubler d’attention. Une taupe pourrait bien faire vaciller cette société quasi impénétrable. Le monde tremble.

En 2015, il est question d’élaborer un crossover entre 21 Jump Street et Men In Black, avec aux commandes James Bobin (Alice de l’autre côté du miroir). Le projet a été raboté en un reboot par Sony. Franchise lucrative au tandem devenu légendaire (Will Smith et Tommy Lee Jones) dans la culture pop, avec désormais un duo qui s’en retrouve considérablement remanié. Place à une femme, Agent M (Tessa Thompson) et Agent H (Chris Hemsworth), supervisés par Hight T (Liam Neeson) et Agent O (Emma Thompson). Baptisé Men In Black : International, l’histoire file hors des frontières américaines et prend place à Londres et à Paris, avec quelques petites escapades à Marrakech.

Nouvelle équipe, nouvelle mise en place. Un nouveau souffle - aux allures féministes - s’empare des MIB, toujours emprunt d’un humour plutôt sympathique. De bonnes blagues, de nouveaux personnages loufoques, comme Pawney, le loyal serviteur doublé par le tordant Kumail Nanjiani. L’un des points positifs est ce duo Thompson/Hemsworth plutôt convaincant, mais qui peine parfois à transformer les essais comiques. Quelques faiblesses scénaristiques et des méchants qui ne soulèvent nullement l’intérêt. Les deux jumeaux, interprétés par Laurent Bourgeois et Larry Bourgeois, danseurs adoubés, deux pantins choisis pour amener une touche urbaine au film. Deux personnages désincarnés, tout comme Riza (Rebecca Ferguson), femme fatale et boss d’un gang inflexible. Des personnages secondaires moins fantasques, à l’impact moindre que dans les précédents volets. La comparaison, vous en conviendrez, est inévitable.

En bref !

La sauce ne prend qu’à moitié pour un blockbuster bien sage. Men In Black : International est un divertissement honnête, qui ne mange pas de pain. Raviver les vieux souvenirs paraît bien illusoire. Malgré ça, on apprécie quelques bonnes boutades (vous apprendrez que Gustave Eiffel était l’un des premiers Men In Black) et une pluie d’effets spéciaux. Débarrassé de tout cela et de la (re)découverte du monde spécial des « hommes en noir », F. Gary Gray propose une oeuvre loin d’être au niveau du premier film de 1997, qui s’oubliera sûrement avec le temps.

12.06.2019

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

il y a 5 mois

2.5: French touch
Il y a 20 ans: la petite Molly est témoin de l’intervention de Men in black qui, ne l’ayant pas vu n’ont pu la lobotomiser. De nos jours, Molly n’a qu’une idée en tête : intégrer l’unité de protection contre les extra-terrestres et va pouvoir réaliser son rêve en revoyant le duo d’agents d’alors : T chef de la section britannique et H toujours aussi casse-cou.
Le voici donc ce spin-off de la trilogie, du moins selon la bande-annonce initiale. L’absence du duo Smith-Lee Jones après un troisième opus raté avait de quoi redonner une nouvelle vie. Le vide n’est pas franchement comblé même si moins pire que prévu.
La première demi-heure est excellente : une approche féministe autour de Molly confrontée au machisme apparent de son H héros d’enfance. Mais la naissance de l’héroïne recevant un « joyau » pourrait changer la donne.
Puis, sitôt la mission connue et le fil rouge prévisible, le tout se gâte quelque peu notamment par un passage en France manquant d’originalité et un épisode désertique quelque peu troublant par sa longueur.
Mais la touche féminine est revigorée par Miss Rebecca hilarante « marraine » et si la chute ne provoque aucune surprise, on ne regrette pas le voyage même si l’humour se fait rare.
A vous de voir donc et 3D sans plus...Voir plus


Eric2017

il y a 5 mois

J'ai retrouvé l'esprit MIB dans cet opus. Bien que les autres films sont assez inégaux entre eux, celui-ci m'a bien plu. De l'action, de l'humour une histoire qui vaut ce qu'elle vaut mais je ne me suis pas ennuyé. Chris Hemsworth n'est pas sans me rappeler Brosnan dans les Bond et le duo qu'il forme avec Tessa Thompson fonctionne assez bien. J'espère seulement que je nous n'allons pas revoir ce duo Marvel partout sous prétexte qu'ils ont rapporté des milliards de $ ! (F-15.06.19)Voir plus


Autres critiques de films

La reine des neiges II

Le Mans 66

Joker

Doctor Sleep