Séduis-moi si tu peux! – Long Shot Etats-Unis 2019 – 125min.

Séduis-moi si tu peux! – Long Shot

Critique du film

Une course à la présidentielle d’un genre Pretty Woman à l’inverse

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Plus romantique tu meurs ! Attention, ambiance légère, d’un genre cendrillon aux relents de Pretty Woman ou When Harry met Sally, le réalisateur Jonathan Levine s’attaque à la comédie romantique puissance maximale, et la bobine est étonnamment surprenante.

Lui est un journaliste influent à l’humour teinté des (dés)illusions d’un trentenaire, elle est en lice pour les présidentielles américaines. Ils se sont connus, c’était il y a longtemps, un peu plus âgée, elle était sa baby-sitteur et son coup de foudre de jeunesse. Des années plus tard, alors qu’il se lève contre une atteinte à la liberté de la presse, le voilà au chômage, renvoyé de sa rédaction, littéralement à court de plan et d’inspiration. La providence se charge alors de les réunir.

C’était son carton au Festival de Toronto en 2006, «All the boys love Mandy Lane» et le cauchemar qui entoure la sortie de son long-métrage révèle Jonathan Levine, au passage le métrage deviendra un peu culte. Amber Heard est remplacé ici par la Madeleine de grâce, Charlize Theron («Tully»), en passe de renvoyer au bestiaire la gérontocratie américaine. En effet, Charlotte Field se lance dans la course à l’investiture du Bureau ovale, soutenue (un temps) par son pensionnaire, un président star du petit écran qui rêve de cinéma (Bob Odenkirk). Aussi idiot et charmant que gentiment à propos, Long Shot ramène une sorte de Ronald Reagan inversé aux commandes de la première puissance mondiale. À sa condescendance, il ne manque que l’éclat de la chevelure de celui que Busta Rhymes surnomme «L’agent orange». Aussi nous reconnaîtrons du Citizen Kane et l’on se dit que le film a de la jugeote.

Alors que le scénario est passé entre les mains de pas mal de réalisateurs, Jonathan Levine s’est même retrouvé dans la short-list de la réalisation de Spider-Man: Far from Home. Joyeux bordel, après 50/50, Levine retrouve Seth Rogen et compose un beau personnage masculin de romcom : imparfait, fier, égocentré, sûr de lui mais tendre et attachant. Un personnage central qui rencontre son public dès l'entame, ce journaliste utopiste de la presse en ligne à qui on adresse un charabia en forme de plainte pour avoir été un peu trop virulent. «Le journalisme est mort aujourd’hui» lancera-t-il à son boss, et c'est toute une génération qui se reconnaît. Un bras d’honneur à un maniac de la presse qui le conduit dans les artères de la course à la présidentielle aux côtés d’une Charlize Theron toujours aussi charismatique. Dès lors, il lui écrira ses discours et décidément, l’actrice n’en finit plus de surprendre, ne serait-ce que dans ces choix de rôles.

Deux mondes les séparent, leur romance est aussi impossible qu’inévitable. L’amour frappe avec la brutalité d’un gros coup de latte. Prenez garde, vous et vos pronostics générés par ordinateurs (dans une séquence d’ailleurs très amusante avec June Diane Raphael). Une romance contre-productive disent-ils. Si le métrage de Levine se révèle parfois inégal, la séquence en plein trip dans une boite de Paris étant sans doute la moins authentique et celle des grandes révélations entre Seth Rogen et O'Shea Jackson Jr. illustre certaines contradictions de la bien-pensance blanche américaine (et de Navarre), le scénario de Dan Sterling (The Office / South Park) et Liz Hannah (The Post) adresse une observation adroite de son époque.

En bref,

Séduis-moi si tu peux! – Long Shot sonne les cloches de la romcom dans un ramdam plutôt efficace. Un excellent duo d’acteurs sous l’égide d’un Jonathan Levine qui ne manque pas de pertinence. Belle surprise estivale.



18.06.2019

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 22 jours

Voici une comédie américaine bien sympathique et qui pour les gens de ma génération nous fera penser à Pretty Woman. C'est romantique, avec de l'humour, un peu politique, bref j'ai passé un excellent moment. En plus Charlie Theron est magnifique et Seth Rogen joue très bien. Certes aucune surprises dans le scénario, mais c'est aussi ça le cinéma, un moyen de se divertir et c'est le cas pour ce film. (F-29.06.19)Voir plus


CineFiliK

il y a 23 jours

“La belle et le bêta”

Journaliste aux idées bien arrêtées, Fred démissionne suite à un changement de direction qu’il ne peut tolérer. Lors d’une soirée, il tombe sur son ancienne baby-sitter, Charlotte Field, Secrétaire d’Etat. Attirée par la personnalité sans filtre du bonhomme, la future candidate à la présidence des Etats-Unis lui propose un travail à ses côtés.

Cette comédie romantique programmatique entre la très belle et le gros bêta démarre sur un rythme poussif. Difficile de croire une seconde que la divine Charlize puisse considérer l’improbable nounours Rogen comme un amant potentiel. D’autant plus que les personnages qui gravitent autour de ce couple mal assorti – assistants collants, président à la Reagan, premier ministre canadien et magnat trumpien – n’échappent guère à la caricature. Il faut attendre un peu d’acide pour décoiffer la blonde et rendre son compagnon à l’éjaculation précoce moins idiot. Malgré les nombreuses références à la Pop Culture des années 90, ce Pretty Woman inversé ne séduit pas complètement.

5.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 23 jours


piben

il y a 29 jours

Un vrai navet, comme les américains savent en faire, avec du loufoque et de la vulgarité à revendre. A éviter à tout prix !


Autres critiques de films

Le roi lion

Yesterday

Spider-Man: Far from Home

Anna