Jurassic World: Fallen Kingdom Espagne, Etats-Unis 2018 – 120min.

Jurassic World: Fallen Kingdom

Critique du film

Après Spielberg, l’Apocalypse !

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Depuis le chaos survenu à Jurassic World en 2015, le resort reptilien est laissé à l’abandon et les dinosaures (sur)vivent loin des yeux du monde. Seulement le volcan se réveille et, afin de ne pas revivre l’extinction d’il y a 66 millions d’années, Claire (Bryce Dallas Howard) est contrainte d’organiser une expédition pour sauver ce qu’il reste des dinosaures et retrouver Blue avec l’aide d’Owen (Chris Pratt). Mais la mission n’est peut-être pas si innocente …

Si Spielberg, visionnaire en 1993, jumelait un discours sur la manipulation génétique à un divertissement grand public magistral, la reprise de 2015 et cette nouvelle épopée recyclent inlassablement les grands standards du Jurassique et se recentrent autour du visuel. Une science-fiction assez pauvre il y a 4 ans, cette-fois, un delirium post-apocalyptique crasseux et une expérience immersive en IMAX qui permettra, par notes éparses, de se dégourdir convenablement la rétine (à l’image du final d’un genre King-Kong à Poudlard).

Toujours aussi mielleusement interprétés, les personnages de Claire et Owen sont lessivés de quelques clichés sexistes. Il reste du travail mais la chose est heureuse. Claire est devenue une activiste militante pour la préservation des dinosaures et Owen, qui a rangé les manchettes de dressage, travaille à la charpente de son ermitage au bord d’un lac. Convenable mais surtout convenue, l’introduction des deux personnages est d’une incroyable linéarité, jusqu’à leurs retrouvailles et le décollage pour Isla Nublar. Ce n’est qu’une fois sur l’île, au coeur d’une nuit noire de suie, que le spectacle trouvera l’envergure du grand-écran.

Pour donner de la substance au scénario, Derek Connolly et Colin Trevorrow (cette fois co-scénariste) ont imaginé le riche anglais Lockwood (collaborateur de John Parker Hammond, créateur du parc) et surtout le bonimenteur Nils, interprété par Rafe Spall qui, dans les bas-fonds d’un manoir “transylvanien”, crée un nouvel hybride: l’Indoraptor. Petit plaisir cinéphile, la maîtresse de maison n’est autre que Géraldine Chaplin (fille de son père). On retrouvera Jeff Goldblum, alias Dr Ian Malcolm, qui régalera avec sa plaidoirie, et B.D. Wong, toujours sous les traits du Dr Henry W, et plus vipère qu’il n’y paraît. Bref! Ethique génétique, frénésie scientifique, cohabitation avec l’homme et marchandage de reptiles, la sève de Jurassic Park est bien présente, mais aliénée lorsqu’elle se mélange à une morale binaire sur le sort de l’humanité et un optimisme scientifique de studios.

Ni narrative et encore moins scénaristique, la petite prouesse est ailleurs. La mise en scène, certes gargantuesque, et le travail remarquable sur les animatroniques (dinosaures robotisés), trouveront quelques aimables envolées. «Jurassic World: Fallen Kingdom» relève d’un cinéma qui se gargarise d’une expérience immersive, époustouflante et réaliste. La belle affaire, la scène de l’arrivée sur l’île n’en est pas plus miraculeuse qu’en 1993 avec Sam Neill et Laura Dern. Il reste l’introduction du clonage humain (avec la petite fille jouée par Isabella Sermon) mais qui ne servira finalement qu’à un twist final assez prévisible. 25 ans de progrès techniques se sont écoulés depuis le premier volet. La génétique ouvre des rivières de possibilités scénaristiques et la réussite sera essentiellement visuelle. «Jurassic World: Fallen Kingdom» agacera pour les mêmes raisons qu’il pourra séduire, mais à la suite du naufrage critique de 2015, le film rassure sur le nouveau venu prévu pour 2021 (Encore que, c'est Colin Trevorrow qui en reprend les reines)...

06.06.2018

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

georges511

il y a 23 jours

Absolument nécessaire que cette suite car dans notre monde actuel il y a bien pire et l'intelligence de ce film met en avant notre propre destin d'auto destruction.

Je pense que le réalisateur a tapé dans le 1000!
Si on ne s'améliore pas on va finir comme ces dinos,dans des parcs à thèmes,des animaux de foire..

Bravo et merci pour cette histoire qui va retentir encore de sacrés moments dans ma tête.

Je ne peux m'empêcher de faire le parralèle avec notre espèce qui massacrons ,détruisons,asphyxions notre planète toujours 1 peu +.

Je pense que l'homme soit disant moderne est trop arrogant et trop égocentrique pour vraiment faire son propre examen de conscience et c'est ce qui tôt ou tard conduira à sa disparition ....

Une simple suite logiqueVoir plus


CineFiliK

il y a 1 mois

“Espèces menacées”

Le parc « Jurassic World » a été complètement détruit, abandonnant sur l’île quelques dinosaures, aujourd’hui menacés d’extinction par l’imminence d’une éruption volcanique.

Faut-il sauver ces derniers spécimens ramenés à la vie par la génétique ou les laisser disparaître une seconde fois, afin d’éviter d’autres catastrophes ? Le débat est ouvert. A l’ère de l’antispécisme, il aurait pu être virulent. Mais le film l’élude vite, préférant à nouveau se concentrer sur la vénalité des hommes disposés à transformer l’animal en arme de destruction massive.

Approximations scénaristiques, dialogues insipides et personnages plus plats qu’une banane écrasée par un T-rex entachent le cinquième volet de la série. De quoi ternir les envolées gothiques de son réalisateur espagnol qui ne parvient qu’à de trop rares moments à faire glisser les monstres hollywoodiens vers le conte horrifique, invoquant nos terreurs enfantines.

5/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


marijana87

il y a 2 mois

Le scénario n’est pas des plus originales et certains effets spéciaux sont un peu tirés par les cheveux, mais c’était quand même un film simpas a voir.


Autres critiques de films

Mission: Impossible - Fallout

Mamma Mia! Here We Go Again

Hotel Transylvania 3: A Monster Vacation

Ant-Man and the Wasp