À voix haute France 2016 – 78min.

À voix haute

Critique du film

À voix haute

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Chaque année à l’Université de Saint-Denis près de Paris, se déroule le concours “Eloquentia”, qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tous cursus, décident d’y participer et s’y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène…) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de devenir « le meilleur orateur du 93 ».

Sous l’étendard “Banlieue, jeunesse et théâtre“, „A Voix Haute“ possèderait presque les caractéristiques du reportage social, béni-oui-oui et faussement engagé de fin journal télévisé. Mais à travers le parcours de ces étudiants, le réalisateur diffuse une magie plus universelle bien qu’il faille glisser sur les interludes et la mélodie un peu tire-larme pour en apprécier la subtilité. “Eloquentia”: concours d’éloquence - la part belle est faite à la verve, au verbe, à la parole chantée, râpée et slamée. Ces versificateurs gravissent les pentes du Mont Oral avec tendresse et un appétit féroce. Quelques réserves quant à l’esthétique et le montage très „service public“ mais, plus qu’un documentaire, Stéphane de Freitas, Ladj Ly et les participants au concours illuminent les vertus de la parole, celles qui apaisent et émancipent les Hommes.

16.08.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

4.5: Les héritiers de la parole
Elles s'appellent Leila, Sulleila, ils se nomment Eddie et Elaidje. Tous les quatre participent au concours Eloquentia organisé à St-Denis, dont le principe est une joute oratoire où, face-a-face, les participants doivent répondre à une question soit par l'affirmatif, soit par le négatif, et ce en 8 minutes. Nous suivons les 6 mois précédant le concours et les joutes proprement parlées...
Il y a quelques années, l'on découvrait les héritiers qui, déjà à St-Denis, rendaient hommage aux survivants de l'Holocauste. Même décor mais autre rappel de mémoire: celui que les mots peuvent soigner les maux ou les adoucir du moins. Stéphane de Freitas, l'un des instigateurs du concours Eloquentia, décide de suivre toute une classe préparatoire, en particulier 4 élèves durant leurs cours et auprès des leurs et Sulleila bouleverse littéralement par cette innocence simplifiée d'où jaillit une coupable intention de crier au monde sa révolte et murmurer sa colère.
Diffusé l'année dernière sur France 2, ce documentaire m'évoque d'abord un regret: que de tels concours n'aient pas existe chez nous car j'y aurais pris part avec passion. Mais il constitue une magnifique ode à la liberté d'expression et procure un bien fou. Et la présence de célébrités au sein du jury final du concours s'avère aussi être la preuve qu'il n'y a pas que des poètes sachant écrire des textes, des rappeurs le font tout aussi admirablement.
Les longueurs, elles sont à mon sens inexistantes si l'on a ce sens de la répartie. A recommander vivement...

Voir plus

À voix haute 4

Casper73

30 jours. C'est l'espace temps accordé à de jeunes étudiants de l'Université de Saint-Denis pour se préparer à un concours d'éloquence. Venus de différents horizons, ils ont à cœur de laisser s'envoler les mots. Leur parcours, leurs failles, leurs qualités tout autant que leur farouche détermination vont porter haut le verbe. Un documentaire immersif qui emporte comme un roman. On peut déplorer une caméra peu encline à encadrer les échecs qui étayent tout parcours d'apprentissage. Ni affecté, ni superfétatoire, ce film se démarque par un style soigné et permet d'attirer l'attention sur l'incorporation du langage dans différents milieux socioculturels. Avoir entendu la hauteur de leur voix a fait éclore un respectueux silence dans la salle. Je le recommande.

Dernière modification: August 15, 2017 17:08

Voir plus

À voix haute 4

nousdeux3

De l'émotion, des frissons , du rire et de l'admiration. Voilà les sentiments partagés avec mon fils de 17 ans en regardant ce film.
Juste une petite remarque : on ne nous montre que la facette fascinante ... comme les beaux visages souriants le temps d'une photo !

À voix haute 4

Autres critiques de films

Dunkirk

Moi, moche et méchant 3

La Planète des Singes - La Suprématie

La tour sombre