Mustang France, Allemagne, Qatar, Turquie 2015 – 97min.

Critique du film

Mustang

Critique du film: Geoffrey Crété

Un été, dans un village reculé de Turquie. Agées de 12 à 16 ans, Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale ont été élevées par leur grand-mère stricte. Lorsqu’un jour, une voisine les aperçoit à la plage en train de jouer avec des garçons de leur école, le scandale éclate : les cinq sœurs se retrouvent enfermées et surveillées, pour leur propre bien. Pour les obliger à devenir des femmes respectables, leur famille commence à leur chercher des époux. Mais il en faudra plus pour étouffer le désir de liberté des sœurs…

Adoubé depuis sa présentation Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2015, propulsé par une presse dithyrambique et étiqueté coup de cœur du public, Mustang de Deniz Gamze Ergüven est armé pour être une véritable déception. Ce qu’il n’est qu’à moitié : sans être un véritable choc ou une révélation fracassante, ce charmant premier film imparfait et important est porté par de belles qualités, avec notamment une écriture parfois percutante et une sensibilité séduisante. Ce qui n’empêche pas à cette fable, après une première partie saisissante, de tomber dans les travers du cinéma d’auteur classique, avec un scénario et un rythme de moins en moins convaincants. Reste que la comparaison pas très pertinente avec le très beau Virigin Suicides (qui s’arrête à l’histoire de cinq sœurs étouffées par les conventions de leur culture et époque) laisse espérer une chose : que Deniz Gamze Ergüven emprunte le chemin inverse de Sofia Coppola, et s’améliore de film en film.

21.09.2015

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

elfic

il y a 5 ans

Film magnifique . Triste et actuel . Magnifiquement interprété


alfred_scola

il y a 5 ans

Film tendre et attachant qui raconte la quête de liberté de 5 gamines dans un monde aux traditions implacables et au conservatisme absurde. Tout le film est en décalage intéressant entre la forme (sensualité, gaieté, luminosité) et le fond (oppression, suicide, marriages forcés). Néanmoins, des gamines tellement occidentalisées, dans une famille aussi hermétique aux valeurs occidentales, au fin fond de la Turquie est tout de même invraissemblable, mais qu’a cela ne tienne. C’est un conte initiatique, bien filmé, touchant et agréable à voir.Voir plus


bustan

il y a 5 ans

Un petit bijou. Une première scène à l'allure banale enclenche une mécanique implacable. Du Hitchkock sans crime dans un village turc. Je suis resté scotché de la première à la dernière scène


Autres critiques de films

Drunk

Wonder Woman 1984

Chaos Walking

Ammonite