A Most Violent Year Emirats Arabes Unis, Etats-Unis 2014 – 125min.

Critique du film

A Most Violent Year

Critique du film: Geoffrey Crété

New York, 1981. Immigré ambitieux, Abel Morales dirige avec sa femme Anna une entreprise de fioul, qu’il souhaite développer grâce au rachat d’un terrain stratégique au bord du fleuve. Un deal mis en péril par une série de braquages violents sur ses camions, qui ruine peu à peu sa réputation face à des concurrents puissants. Alors qu’Anna tente de le convaincre de céder à la violence et la corruption de ses adversaires, Abel décide de résister à l’appel d’un milieu dominé par les gangsters.

J.C. Chandor s’est imposé en quelques années comme l’un des cinéastes les plus chéris du cinéma américain. Nommé aux Oscars pour le scénario de Margin Call, il a filmé le comeback très médiatisé de Robert Redford dans All is Lost et se paye désormais le luxe, avec A Most Violent Year, d’être parmi les événements incontournables pour le cinéphile. Le rendez-vous semble pourtant manqué tant cette histoire de pétrole et de dollars, emballée dans une reconstitution historique aguichante, manque de force et de clarté. Si Chandor confirme là encore sa capacité à prendre le spectateur par la gorge dans plusieurs séquences marquantes, son troisième film semble incapable de se défaire de ses enjeux primaires pour en tirer une tragédie à la hauteur de ses ambitions. A l’image du personnage de Jessica Chastain, curieusement sous-exploitée malgré sa nomination aux Golden Globes comme meilleur second rôle féminin, A Most Violent Year se révèle bien trop sage et classique pour justifier sa réputation.

23.04.2015

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

bustan

il y a 5 ans

Un film noir d'une maîtrise éblouissante. Chaque personnage a de l'épaisseur, tout est crédible, quasi documentaire et pourtant hyperscénarisé: chaque scène fait avancer l'histoire.
J. G. Chandor a un talent incroyable pour poser une atmosphère et nous faire rentrer dans un milieu qui nous est étranger (les tradrrs dans un précédent film, les distributeurs de mazout dans celui-ci).Voir plus


steve_cyprien

il y a 5 ans

Film classique, très crédible, bien joué, d'une chronique "ordinaire" d'un business pas banal (apparemment) puisque gangréné par des pratiques mafieuses. Mais on n'est pas dans un Scorsese! J'ai eu l'impression de voir un bon film dans lequel je ne suis jamais complètement rentré.


elfic

il y a 5 ans

Chef d œuvre de film noir.acteurs excellents. Un suspense ....
Du grand cinéma


Autres critiques de films

Justice League

Sorry We Missed You

Douleur et gloire

God Exists, Her Name is Petrunya