Wadjda Allemagne 2012 – 98min.

Critique du film

Wadjda

Critique du film: Andrea Wildt

Une fille rebelle veut s'affranchir des traditions conservatrices de son pays. Premier film réalisé en Arabie Saoudite de l'histoire!

Une gamine de 10 ans du nom de Wadjda n'a qu'un rêve: posséder un vélo. Hélas pour elle, dans la très conservatrice société islamique saoudienne, il est formellement interdit pour les femmes de tous âges de conduire un véhicule à roues, quel qu'il soit. Bien que pareille action puisse être considérée comme une grave offense, Wadjda ne baisse toute de même pas les bras: elle pense avoir trouvé la solution pour arriver à ses fins le jour où elle apprend que le vainqueur d'un concours ayant récité le mieux un extrait du Coran, se verra attribuer une coquette somme d'argent...

Si, pour les femmes, conduire un véhicule représente un délit en Arabie Saoudite, tourner un film par qui que ce soit, également. En dépit de cette irrévocable interdiction, Wadjda, métaphore pleine d'espoir illustrant la soif de libertés de la part de la population féminine saoudienne, n'est rien autre que le tout premier film de l'histoire du cinéma saoudien. Mis en scène, qui plus est, par une femme!

15.12.2020

5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

3alex1

il y a 7 ans

Un film naze, plein de clichés.


hcnamenic

il y a 7 ans

Un film émouvant.


soulef.bd

il y a 7 ans

Quand on est amateur de films d'ailleurs, la tentation de découvrir le cinéma saoudien est tentante car assez rare. J'adore le cinéma iranien, israélien... Wadjda, joliment porté par sa jeune héroïne dénonce assez bien la société patriarcale du pays, sans appui, et délivre tout au long du film ses messages, polygamie, rôle négligeable des femmes, absurdité et manque total de liberté des femmes... La force est de l'avoir fait passer à travers le prisme d'une jeune fille émancipée dont les baskets très présents dans le film symbolisent une société en mutation, et qui ne rêve que d'un simple vélo, réservé aux garçons.... Mais l'ensemble reste un peu lisse à mon goût. et finit par manquer de substance.Voir plus


Autres critiques de films

Justice League

Le pianiste

La Mauvaise éducation

Selma