Laurence Anyways Canada, France 2012 – 154min.

Critique du film

Laurence Anyways

Critique du film: Agathe Tissier

Très amoureux de sa copine, un homme lui annonce de vouloir devenir une femme. De Xavier Dolan.

Laurence (Melvil Poupaud) et Fred (Suzanne Clément) s'aiment d'un amour un peu rock, festif et joyeux à la fin des années 80 à Québec. Mais Laurence veut arrêter de se mentir et de tromper ceux qu'il aime en étant pleinement ce qu'il sait être depuis toujours: une femme. Dans un premier temps, Frédérique semble pouvoir et vouloir affronter cette réalité (en acceptant notamment que son mec se travestisse en femme), puis constate en vérité qu'elle n'est plus capable de soutenir le regard des autres. Quant à Laurence, il vit un drame cornélien: pour se trouver peut-être lui-même, il devrait d'abord perdre Frédérique. Quelques années plus tard, leurs chemins se croisent à nouveau: lui a donné vie à un livre, elle à un enfant. Mais ces retrouvailles ne durent que peu de temps. Laurence comprend enfin qu'il ne pourra jamais complètement perdre Frédérique, 1ère et dernière femme de sa vie...

Sur les 2H40 que dure le 3ème long-métrage de Xavier Dolan, la 1ère passera trop vite, en une succession d'images plus léchées les unes que les autres, en une galerie de portraits fascinants et durant laquelle le spectateur éprouve une tendresse immense envers ce couple passionné. Puis, passée la 1e heure donc au cours de laquelle l'oeil du spectateur a été abreuvé d'images somptueuses, c'est au tour de son ouïe d'être sollicitée grâce à une somptueuse bande-son. Hélas, les 40 dernières minutes viennent ternir ce feu d'artifice, le protagoniste montrant en fin de compte une facette pénible de sa personnalité.

02.05.2015

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

pierred1

il y a 7 ans

Magnifique film, magnifique histoire d'amour... Dolan ne se simplifie pas la vie à vouloir parler du JE dans le couple, de la fidélité à soi-même, avec une histoire aussi particulière, mais il y parvient. Tout juste peut on regretter quelques pesanteurs inutiles et complaisances superflues... mais bon Dolan est jeune et plein de talents (si si au pluriel, scénario, costume, montage, etc etc)... il ne va qu'en se bonifiant et en voilà au moins qui n'usurpe pas son qualificatif de cinéaste contrairement au 99% des ses contemporains qui se proclament tels avant même d'être à proprement parler des réalisateurs... Et quel(le)s acteurs....Voir plus


supermixxer

il y a 7 ans

Film inventif, qui ose s'aventurer là où ça fait mal. Direct, mais subtil dans la description de cet amour impossible. C'est juste et touchant.


Autres critiques de films

Scoob!

Pinocchio

Un divan à Tunis

The King of Staten Island