Maestro Etats-Unis 2023 – 130min.

Critique du film

Quelques fausses notes pour Bradley Cooper

Critique du film: Damien Brodard

Après le succès de son «A Star is Born» (2018), l’acteur Bradley Cooper passe une seconde fois derrière la caméra pour porter à l’écran la vie de couple du compositeur américain Leonard Bernstein, en compétition à la Mostra de Venise.

Une évocation de la vie commune du claviste américain Leonard Bernstein (Bradley Cooper) et de l’actrice Felicia Montealegre (Carey Mulligan). Entre direction d’orchestre et tromperies, amour tendre et déchirements, le couple tente de se maintenir durant une trentaine d’années.

En jeune réalisateur prometteur, Bradley Cooper s’attaque au genre du biopic, l’un des grands classiques de Hollywood. Si dans un premier temps, l’évocation de la vie du compositeur d’œuvres comme «West Side Story» (1961) ou «Sur les quais» (1954) débute comme n’importe quel film de ce type, il apparaît très vite que Cooper souhaite en réalité se concentrer sur le couple de l’artiste. Il s’agit là d’une approche plus originale qu’à l’accoutumée, permettant de se focaliser sur la relation tumultueuse des deux amants, mais qui laisse de côté, de manière plutôt étonnante, le travail de Bernstein.

En outre, l’acteur et réalisateur fait le choix de la sobriété pour mettre en images la vie du compositeur. Hormis quelques envolées inspirées des comédies musicales, la mise en scène reste globalement très sage et conventionnelle, préférant de longs plans fixes afin de laisser s’exprimer les deux interprètes principaux, plutôt que des mouvements de caméra grandiloquents. Sans être mal exécuté pour autant, il en ressort toutefois un académisme lassant et relativement peu inspiré qui peine à pleinement enivrer le public.

Le duo principal s’en tire avec les honneurs. Bradley Cooper ne force pas la performance dans sa métamorphose en Bernstein soutenue par un formidable maquillage pour les effets de vieillissement, sans pour autant livrer une prestation inoubliable. Il en va de même pour Carey Mulligan qui propose une interprétation délicate, percutante dans les moments d’émotions, mais finalement trop en retrait par rapport à son compagnon de jeu.

Tous deux portent cependant admirablement la relation complexe et bien écrite de ce couple qui se délite, notamment en raison des penchants homosexuels du compositeur, tout en s’aimant tendrement quoi qu’il en soit. De la musique de Bernstein parsemée au fil du long-métrage à la photographie s’adaptant aux différentes époques, il est évident que le film a été préparé avec soin, pourtant quelque chose sonne faux. Il manque malheureusement à ce «Maestro» un brin d’énergie, un petit coup d’éclat pour l’extirper de sa monotonie et en faire une œuvre véritablement mémorable.

(Mostra de Venise 2023)

11.10.2023

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

il y a 2 mois

3.75: Docteur Genius & Mr Love

Leonard Bernstein dit Lennie a fortement influencé la composition musicale du XXÈME siècle. Sa rencontre avec sa Muse Felicia, la famille qu’ils créent... et l’orientation sexuelle du compositeur marqueront 30 années et tout leur entourage.
Le voici ce retour de Cooper réalisateur qui poursuit son bilan musical en s’attaquant au papa de West Side Story et davantage à son vécu qu’à son œuvre. Une parfaite expérience inégale.
À premier abord on pourrait s’attendre à un biopic musical avec une part forte à l’inspiration musicale. Or Cooper laisse de côté le génie pour évoquer l’homme et ses apparentes imperfections comme son choix relationnel et ne va ainsi pas l’épargner sur deux bon tiers du film où le désespoir de sa famille et une sorte de destruction massive laissera alors sceptique.
C’est alors que Cooper nous ayant brossé les défauts évidents de Bernstein choisit sur son dernier tiers de célébrer en quelque sorte ce génie absolu en se servant notamment d’une église pour une séquence musicale magique qui rend l’expérience vécue en salle absolument saisissante, tout en rendant hommage au compositeur certes mais surtout au partenaire et il peut compter sur une extraordinaire Carey Mulligan magnifique Felicia dont l’empathie a son égard est omniprésente entre l’épreuve de la tromperie et de comment l’annoncer à ses proches, puis d’un bouleversement maladif nous offrant une scène très forte.
Expérience imparfaite sur un plan biopic mais qui se laisse totalement voir pour son aspect musical aux interprétations multiples.Voir plus

Dernière modification il y a 2 mois


Eric2017

il y a 2 mois

Un excellent biopic de Bradley Cooper sur Léonard Bernstein. Une histoire d'amour presque inconditionnelle entre le Maestro et Félicia Montéalegre. Jamais ennuyeux on découvre au Travers de ce film tout le talent et les frasques de ce compositeur considéré comme un "dieu" aux USA. Bradley Cooper a réussi sa deuxième réalisation après A Star Is Born en 2018. (G-10.12.23)Voir plus


Autres critiques de films

Dune : Deuxième Partie

Bob Marley: One Love

Ciao-Ciao Bourbine

Tout Sauf Toi