Challengers Italie, Etats-Unis 2023 – 132min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

8

10

4

7

5

3.3

34 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 1 mois

“Trouple mixte”

Tennisman multiprimé, Art Donaldson ne sait plus gagner. Son épouse et coach, Tashi le convainc de s’inscrire à un challenger pour retrouver la confiance avant l’US Open. En finale, il affronte Patrick, un ancien partenaire et ami.

Le tennis est une affaire de relation. Sur le court, on se réunit pour s’affronter. Amour, haine, manipulation, et domination. On n’en saura pas beaucoup plus sur ce passionnant sport de combat. Rien pour améliorer ses services ou son smash dans cette réalisation baroque et maniérée, cinéma publicitaire au placement impudique de produit. Le montage préfère écourter les échanges, s’essayant même à une caméra subjective irregardable.

Le goût du revers est ailleurs au sein de ce trouple mixte. Deux garçons, une fille, trois possibilités. Camarades depuis toujours, Art et Patrick tombe sous le charme indiscret de Tashi, meilleur espoir de la WTA. Sortis tout droit d’Amercian Pie, les deux puceaux salivent en symbiose sur la belle au centre qui prend un plaisir malin à jouer les trouble-fêtes : « Je ne suis pas une briseuse de couple », répète-t-elle innocemment. Car l’objet du désir est peut-être ailleurs, de l’autre côté du filet. Il conviendrait de l’appeler par son nom. Tenir le manche, manier les balles, manger une banane… Sur le terrain, dans les vestiaires ou au sauna, les allusions directes ou croisées transpirent.

La partie devient un jeu, sexe et match, entre la classe mannequin de Zendaya, une crevette musclée, et un prince Charles hirsute et sale. Difficile de croire à leur profil de champions ! Leur « Je t’aime, je sais, moi non plus » rebondit de flash-back en flash-back, la tension surlignée par une musique électro. On aurait aimé davantage de sérieux et subtilité dans ce ménage en trois sets pas toujours gagnants.

(5.5/10)Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Watchlist