Kaamelott - Premier Volet France 2020 – 120min.

Critique du film

Un premier volet légèrement ronflant

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Avec OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire de Nicolas Bedos, l’arrivée de Kaamelott sur grand écran est peut-être l’une des plus grosses attentes dans le paysage du cinéma français en 2021. Alors l’enthousiasme sera-t-il à la hauteur du métrage? Réponse.

10 ans après les événements de la série diffusée sur M6, le tyrannique Lancelot-du-Lac et ses mercenaires saxons font régner la terreur sur le royaume de Logres. Les Dieux, insultés par cette cruelle dictature, provoquent le retour d’Arthur Pendragon et le réveil de la résistance. Arthur part désormais en croisade et tentera de réunir les rebelles pour régner à nouveau sur Kaamelott et restaurer la paix sur l’île de Bretagne.

Après une sortie décalée en raison de la crise du coronavirus, le premier volet des 3 annoncés sort enfin dans les salles. Fort d’un engouement populaire impressionnant - 60’000 billets vendus 24 heures après l’ouverture de la billetterie, un record pour un film français -, le «bébé» d’Alexandre Astier profite d’une grande visibilité et ses acteurs en profitent pour en remettre une bonne couche dans la presse française. L’acteur Jean-Christophe Hembert, le valeureux Karadoc, n’hésite pas à parler d’un film «qui va devenir un classique», rien que ça. Bien entendu, Karadoc manie plutôt bien l’humour. Et il est vrai que la bande formée autour d’Astier amuse la galerie à travers plusieurs séquences bien senties. Le succès de la série retrouve ses pistons (Perceval, Karadoc, Merlin, Leodogan, Guenièvre…), comme ces invités conviés à la petite sauterie: Sting débarque, sans pousser la chansonnette ou l’intervention sympathique de Guillaume Gallienne. Mais la palme revient tout spécialement à Alain Chabat et Géraldine Nakache qui réussissent leur entrée.

Cette brochette d’invités parvient à masquer les quelques faiblesses du film. Les répliques ou les nombreuses références aux saisons passées ne peuvent colmater les errances d’un scénario qui peine dans la transition, entre fulgurances et séquences inutiles péniblement imbriquées. Le problème réside avant tout dans son découpage et son montage frisant (parfois) le désastre. La pellicule étalée sur 2 (longues) heures ne trouve pas le même écho télévisuel. Si Alexandre Astier réussissait à s’approprier pleinement le format sériel, sur la longueur d’un film, la besogne est quelque peu différente; nous avons cette sensation que le métrage manque de fluidité et perd cruellement en intensité en reliant les bouts disparates pour amorcer un baroud d’honneur sur la fin et recoller les morceaux, quitte à bâcler le bouquet final. Heureusement que le film peut compter sur ses saillies comiques et sa rythmique de dialogues hilarants. Ou encore cette galerie de personnages déglingués. Mais «Kaamelott», premier de sa descendance cinématographique, demeure inégal et ronflant en comparaison à son ancêtre de la petite lucarne.

19.07.2021

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 9 jours

Très belle réussite que ce premier volet. Le film a de la peine à prendre durant les 15 premières minutes car trop "sérieux". Mais dès que l'on retrouve les acteurs de la série, alors c'est un délice.
Dans la série, les dialogues sont rendus très percutants grâce aux séquences courtes et rapides. Il fallait réussir dans ce long métrage à garder le spectateur en haleine sur des plans longs ou forcément la verve d'Astier pouvait se perdre. Passage réussi, bravo Monsieur Astier. J'ai adoré ce film et j'attends avec impatience les deux autres volets. (F-23.07.21)Voir plus


vincenzobino

il y a 12 jours

3.5: Appétit d’Ogres
8 ans qu’Arthur a remis Excalibur à sa place et que Lancelot est roi d’Ogres. 8 ans où les anciens compagnons de la Table ronde et leurs partisans rêvent d’un retour de leur roi. Mais les Saxons et un roi nordique ne l’entendent pas de cette oreille. Et une présence féminine pourrait bien s’avérer nécessaire.
Le voici donc ce retour du « Messie Arthur » attendu impatiemment par tous les fans du rendez-vous quotidien. Un retour qui met son temps à prendre forme mais s’avère très prometteur.
Sitôt la première séquence musicale passée, ce retour met quelque peu son temps à prendre forme et l’on pourrait craindre que les deux heures aient ce même rythme lent.
Mais Astier en fin technicien nous ramène sitôt le premier tiers passé à cette magie de la transposition entre petit et grand écran et la magie opère.
Par un casting brillant de par les invités avec notamment une divine surprise royale pour mélomanes, une musicalité de haute volée toujours signée Astier et une géniale retranscription hommage à un sport national ainsi qu’une magique retrouvaille, l’expérience absolument destinée aux fans s’avère réjouissante avec courte séquence post-générique.
A recommander aux fans et pour quiconque n’ayant jamais vu un épisode de Kaamelot, visionnez bien un résumé de l’ultime livre.Voir plus

Dernière modification il y a 12 jours


Autres critiques de films

The Suicide Squad

Fast & Furious 9

Jungle Cruise

Un homme en colère (Wrath of Man)