Scary Stories to Tell in the Dark Etats-Unis 2019 – 111min.

Scary Stories to Tell in the Dark

Critique du film

Un ragoût horrifique réussi

Prescilia Correnti
Critique du film: Prescilia Correnti

Sorti en toute discrétion et sans grande prétention, Scary Stories to tell in the dark est la dernière création du réalisateur André Øvredal (Troll Hunter, The Jane Doe Identity) qui remet au goût du jour de célèbres creepypastas. Des petites histoires horrifiques totalement effrayantes dont les internautes amoureux du paranormal raffolent. Alors cette version enfantine des célèbres contes d’horreur sera-t-elle convaincante?

Stella est une jeune adolescente un peu perdue qui voue une passion mordante pour les films et les histoires d’horreur. Avec sa bande d’amis, elle décide de fêter la célèbre fête d’Halloween en cette année 1968, mais lorsqu’un fâcheux événement vient à leur rencontre, le groupe d’amis part se réfugier dans une vieille maison hantée. Tout dérape lorsqu’ils découvrent un macabre livre d’histoires, objet de toutes les légendes morbides du coin.

Dès les premiers instants du film, plusieurs choses nous semblent familières, comme un arrière-goût de déjà-vu. Une ambiance d’Halloween, un groupe d’enfants inadaptés pour une mission de sauvetage, une petite ville américaine bien typée qui rime avec «Hill Valley» («Back To The Future»), une maison hantée et surtout un objet possédé. Bref, tous les ingrédients sont d’ores et déjà présentés pour nous livrer ce qui nous semble être un très bon ragoût aux saveurs horrifiques. Il faut dire aussi que les chefs à la barre de ce menu de creepypastas y sont pour quelque chose puisqu’on retrouve Guillermo Del Toro à la production et au scénario, accompagné de Dan et Kevin Hagemen, Marcus Dunstan et Patrick Melton.

A la carte de Scary Stories nous retrouvons donc des histoires populaires qui ont hanté nos nuits comme «Harold», «The Big Toe», «The Red Spot» ou encore «Le Boogeyman». Des plats horrifiques qui s’avèrent finalement tous aussi satisfaisants, bien que non novateurs, et qui offrent des souvenirs réconfortants. Une prouesse par ailleurs, Scary Stories crée un nouvel engouement pour l’horreur auprès des jeunes spectateurs. Histoire, peut-être, de dépoussiérer et de pimenter ce genre ancestral.

Au cœur de l’histoire, qui célèbre le pouvoir guérisseur de la narration, s’alignent les classiques clichés du cinéma d’horreur. Une jeune fille qui aspire à être écrivaine et qui aime se faire peur (Zoe Margaret Colleti), un énigmatique adolescent (Michael Garza), le petit intello de service au cœur d’artichaut (Gabriel Rush), la pin-up du coin (Natalie Ganzhorn) et le rebelle de la bande (Austin Zajur). Scary Stories sera un retour étrangement édifiant aux clans démodés des adolescents enquêteurs. Il y a un plaisir vintage à voir ces enfants se frayer un chemin au travers des peurs inhérentes à la vie. De l'étonnant montage d'ouverture avec «Season of the Witch» aux araignées rampantes jusqu’aux épouvantails flippants, André Øvredal nous épate en donnant des visuels plutôt forts et éprouvants pour des yeux d’adolescents.

En bref!

Scary Stories est un film qui s’apprécie autant pour son visuel que pour son histoire. Bien qu’il n’ait pas la prétention d’effrayer comme un Conjuring ou un Annabelle, il permet de redonner goût à un vieux style de films d’horreur, celui où on savait apprécier les moments angoissants sans trop d’effets spéciaux.

22.08.2019

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 19 jours

“A livre ouvert”

En 1968, le soir d’Halloween, Stella et ses amis se rendent dans une maison abandonnée. La jeune fille trouve dans une salle secrète un livre caché depuis des décennies. Les contes morbides écrits en lettres de sang deviennent réalité.

Les histoires soignent ou blessent. Elles forgent le caractère et permettent de grandir. Sauf si elles nous tuent avant. Epouvantail, croque-mitaine, araignées et clinique psychiatrique, le film joue astucieusement sur les peurs primaires. Quoi de pire pour une adolescente coquette qu’un bouton de fièvre ? On ferme les yeux, se cache sous le lit ou dans une armoire pour se persuader que tout n’est qu’un cauchemar. Alors qu’au-dehors, l’élection de Richard Nixon signifie l’envoi au front de toute une jeunesse.

Malgré quelques passages déjà lus – merci Monsieur King –, l’intrigue se maintient bien. Les acteurs inconnus et appliqués convainquent, comme les monstres soignés par Guillermo del Toro. Il y a de quoi frémir de plaisir à chacune des pages tournées. Ouvre un livre et c’est le livre qui t’ouvrira !

7/10Voir plus

Dernière modification il y a 19 jours


Autres critiques de films

ÇA Chapitre 2

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood

Late Night