Les Filles du docteur March Etats-Unis 2019 – 135min.

Critique du film

Le roman de Louisa May Alcott porté sur grand écran une cinquième fois

Emma Raposo
Critique du film: Emma Raposo

Au tour de Greta Gerwig de donner son interprétation du fameux livre retraçant le destin de quatre soeurs en période de guerre de Sécession. La réalisatrice, qui s’est distinguée en dirigeant Lady Bird en 2017, s’attaque à un classique de la littérature américaine pour une cinquième adaptation réussie.

En temps de guerre, alors que le père est parti au front défendre la cause nordiste, une fratrie se démène pour survivre et réaliser ses rêves dans une petite bourgade du Massachusetts. Meg (Emma Watson), la coquette aux aspirations conventionnelles, Jo (Saoirse Ronan), la rebelle qui se rêve écrivaine, Beth (Eliza Scanlen), la musicienne à la santé fragile et Amy (Florence Puth), la benjamine capricieuse, quatre soeurs aux personnalités bien différentes mais aux coeurs charitables. Ce petit monde évolue sous l’oeil bienveillant de Marmee, la maman (Laura Dern) et de leur voisin Laurie (Timothée Chalamet). Entre amours déçues, amitiés et liens fraternels inébranlables, les quatre soeurs suivront des destinées diverses.

La réalisatrice Greta Gerwig sait s’entourer. Pour ce film, elle a fait appel à la crème de la nouvelle génération hollywoodienne: Saoirse Ronan, à qui elle avait déjà confié le rôle principal dans Lady Bird, Emma Watson, Florence Pugh ou encore Eliza Scanlen, révélée dans l’excellente série Sharp Objects. Toutes de brillantes comédiennes aux palmarès déjà bien fournis. Une relève chapeautée par deux actrices établies telles que Laura Dern et Meryl Streep qui interprète avec brio la riche et amère Tante March. Ajoutez à cela la mascotte du tout Hollywood révélée dans le film Call me by your name, l’acteur Timothée Chalamet, et vous faites carton plein.

Un roman adapté tant de fois que l’on craignait de la qualité d’une énième version. Et pourtant, les doutes sont vite dissipés. Les quatre filles du docteur March à la sauce 2019, écrit et réalisé par Greta Gerwig, est aussi généreux dans sa mise en scène que dépoussiéré dans son propos. Si le romantisme guide la danse du début à la fin, des thèmes plus radicaux tels que la place de la femme dans la deuxième moitié du 19ème siècle ou le mariage comme relation économique occupent une place centrale dans le métrage. D’une réalisation minutieuse, d’un rythme cadencé grâce aux flashbacks distillés tout au long du film, contrastant avec la succession chronologique des évènements de la version de 1994, les écrits d’Alcott reprennent vie de la plus radieuse des façons.

En bref!

Une énième immersion dans le roman cultissime de Louisa May Alcott, oui, mais une immersion en tous points réussie. Les quatre filles du docteur March version 2019 est un film généreux, drôle et rafraîchissant qui nous replonge avec bonheur dans le livre qui a fait le succès de son auteure.

03.01.2020

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 15 jours

“Les sœurs sourire”

Jo March tente de gagner sa vie en proposant à la publication ses quelques nouvelles. Et si elle s’inspirait des joies et peines de sa famille pour écrire un livre plus personnel ?

Pas facile d’animer un grand classique de la littérature et du cinéma entravé par les corsets, les crinolines et le désuet. Optant pour la fidélité plutôt que la révolution, Greta Gerwig y parvient en mélangeant avec une certaine fluidité la chronologie de ses scènes. Elle insuffle aussi du dynamisme en faisant courir, sautiller et danser ses héroïnes pour mieux les fusionner, bras dessus, bras dessous, quand elles se retrouvent. Face à l’absence, au manque et à la maladie, la sororité fait bloc, surpassant même les jalousies intrinsèques. Derrière la légèreté ambiante, l’argent reste le nerf de la guerre. Pour s’en sortir, une femme ne peut espérer ici que le mariage. « Faites-la mourir, sinon ! », exige l’éditeur. Les sœurs March semblent accepter cette destinée. Heureusement que l’art – écriture, peinture, musique et cinéma – demeure des échappatoires de tous temps.

7/10Voir plus

Dernière modification il y a 14 jours


Eric2017

il y a 1 mois

Autant le dire tout de suite, je n'ai pas aimé ce film. C'est ennuyeux durant 120 minutes et seule les 15 dernières minutes émergent de cette version. La musique est omniprésente et couvre en partie les dialogues, c'est juste détestable. Et pour terminer, le va-et-vient incessant dans l'histoire rend le film très pénible. (G-06.01.20)Voir plus


Autres critiques de films

Sonic the Hedgehog

Bad Boys for Life

Le voyage du Dr. Dolittle

Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn)