Let's Dance France 2019 – 109min.

Let's Dance

Critique du film

La chorégraphie des différences

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Rayane Bensetti entre dans la danse, aux côtés de Alexia Giordano, avec ce rêve de percer dans ce milieu opaque. Le metteur en scène Ladislas Chollat trace cette ascension semée d’embûches, où la danse urbaine rencontre la danse classique.

Une chance qui ne se présente qu’une seule fois dans une vie. D’un côté les corps se mêlent, la musique, le coup de rein dévastateur, le hip-hop surchauffe une ambiance déjà torride. De l’autre une atmosphère plus carrée, travaillée, où élégance et prouesse physique ne font qu’un. La danse classique semble être à des années-lumières du hip-hop, cet art urbain, loin des lettres de noblesse du classique. Mais la rencontre entre deux univers différents crée souvent un mix surprenant. Joseph et Chloé sont eux aussi éloignés personnellement, mais si proches également. L’art va les réunir, la passion, l’envie de se défoncer sur une scène comme contrepoint.

Catapulté comme professeur dans une classe de danse classique, Joseph va amener sa hargne, son art du mouvement, qui fait cruellement défaut à des danseurs de ballet trop statiques. Derrière cette idée, Rémi, ancien danseur étoile de renom et à la tête de l’école. Voyez aussi la confrontation des « bourges » contre les « pauvres ». Car au-delà des classes sociales, les frontières sont brisées quand il s’agit de tournoyer. Le monde respire danse, il vit la danse. Tout est danse autour de nous, il faut juste sentir ce qu’il se passe, capter cet élan. Ladislas Chollat orchestre son film à la manière d’une comédie musicale, sur fond de romance artificielle, tentant désespérément de copier un film tel que Save the last dance (2001). Les petites pirouettes, les envolées n’y changeront rien. Tout semble figé, réchauffé, sans inspiration.

En bref !

L’idole des jeunes, Rayane Bensetti sort les muscles et ses meilleurs pas pour tenter de masquer le vide béant qui règne dans Let’s dance. Il y a comme un sentiment anachronique, un dérèglement dans la conception du projet. Une romance dansante qui aurait peut-être marché il y a bien longtemps, mais qui cette fois-ci paraît bien terne et dépassée.

15.05.2019

1.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

La reine des neiges II

Le Mans 66

Joker

Doctor Sleep