In the Name of Scheherazade or the First Beer Garden in Tehran Allemagne 2019 – 75min.

Communiqué de presse

In the Name of Scheherazade or the First Beer Garden in Tehran

Le pouvoir magique de la narrationAvec sa délicieuse comédie, la réalisatrice iranienne Narges Kalhor bouleverse tout ce que nous croyons savoir sur la narration. Des épisodes tirés du recueil des 1001 nuits posent le cadre du film et mettent en abîme, avec beaucoup de style, les clichés concernant la vie en Iran et chez nous en Europe. Une brasseuse iranienne s'obstine à vouloir ouvrir une brasserie en plein air selon le modèle bavarois et lutte sans cesse contre les obstacles bureaucratiques. Une artiste berlinoise essaie continuellement de se défaire de ses racines afghanes. Et la réalisatrice - un personnage dans son propre film - se bat pour finir son film sans compromis faits aux attentes étrangères. Ne manquait plus que le mystérieux M. Steinbrecher, qui dispense des conseils inutiles depuis son fauteuil de bureau confortable afin que le film - moyennant quelques ajustements - trouve plus facilement son public.Qu'est-ce qui unit Sheherazade, la narratrice des 1001 nuits, et le premier « biergarten » bavarois à Téhéran ? Tous deux font partie de l'histoire culturelle et reflètent un sentiment d'appartenance. Aussi rafraîchissante que radicale, la réalisatrice rompt avec la pensée limitée par des clichés. Elle entremêle la réalité et la fiction avec une jouissance anarchique et ouvre de nouvelles voies à notre perception par le pouvoir de l'imagination.

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

House of Gucci

Encanto - La Fantastique Famille Madrigal

Mourir peut attendre

S.O.S. Fantômes: L'Héritage