Good Boys Etats-Unis 2019 – 95min.

Good Boys

Critique du film

The Kids are alright

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Certainement la vraie belle comédie délurée de l’été 2019, quand Jonah Hill et Seth Rogen, ici producteurs, embarquent trois jeunes ados dans un drôle de voyage initiatique sur fond d'éveil à la sexualité, de vol de drone et de drogues, le résultat est résolument moderne et bordélique à souhait.

Ils s’appellent Max, Lucas et Thor, ils ont une dizaine d’années, et comme tous les enfants de leur âge, la vie à l’école est celle d’une exoplanète, lointaine, fabuleusement hostile et fascinante, aux énigmes impénétrables, teintées de quête identitaire, de liberté aussi; à la recherche d’une vie nouvelle. Alors que Max est invité à passer une soirée chez le très populaire Soren, lui et ses comparses devront s’armer, sinon se préparer, pour les premières roucoulades adolescentes. L’heure est à l’instruction, alors quoi de mieux que d’espionner les voisines avec un drone? Encore une brillante idée, seulement la bestiole se fait capturer et pour la récupérer, l’aventure sera herculéenne.

Ambiance Superbad et Scott Pilgrim vs. the World, à bord de leurs BMX d’un genre très Stranger Things, Il fait bon vivre dans Good Boys. Les illustres Jonah Hill et Seth Rogen, tous deux producteurs exécutifs, signent une nouvelle ode à l’enfance dans la cité des Anges; on croirait voir le jeune Sunburn dans les galères de Pineapple Express, le skateboard en moins. Incarné par l’excellent Jacob Tremblay (Room), Max attaque l'adolescence avec philosophie, son relativisme à lui: comment embrasser une fille en soirée? Voilà qui chante des airs à la John Cameron Mitchell, et sous la coupe de son réalisateur Gene Stupnitsky, la descendance de Freaks and Geeks est bel et bien assurée.

Dans A Ciambra, c’était dans la confidence d’une arrière-cour, chez une matrone bien connue du frère. Ici c’est pareil, mais en moins gitan, en plus Hollywood. Certainement moins incisif, Good Boys est une catharsis, une quête (quasi croisade) surexcitée qui s’amuse sur les rives du monde des parents. Entre mimétisme social et rêveries intérieures, Max, Lucas et Thor sont capables de sublimer les rites de passage. Devenir un homme, un homme chasseur cueilleur (d’embrouilles?), un homme prédateur, sexué, alcoolisé et intrépide. Bref, Good Boys fait preuve d’une autodérision foudroyante et passe en revue le catalogue «du bon petit gars qui fait tout bien comme il faut pour montrer qu’il est un homme».

Comme toujours chez le duo Rogen-Hill, le long-métrage est un hommage au freaks et aux geeks du monde, aux non-conformistes, aux rêveurs, aux petits marginaux enchantés, aux paumés même, à tout ceux qui échappent à une forme de rapidité (on pense à la scène de la traversée de l'autoroute). Plongés dans une irrévérence parfaitement jouissive et un imaginarium «Rated R», Keith L. Williams, Brady Noon et Jacob Tremblay se révèlent absolument impeccables, fidèles à leurs pairs. Alors il y aura des airs de déjà-vu, certes, et l’impression d’un remake de Superbad pour la génération Z, mais en 10 ans la société a bien évolué. Plus qu’un remake, disons que Good Boys est une mise à jour, consciente, pertinente.

En bref!

Nouveau long-métrage de Gene Stupnitsky, et sous la coupole des producteurs Jonah Hill et Seth Rogen, Good Boys est certainement un remake de ses pairs mais une farce sur l’adolescence toujours réjouissante et contemporaine.

19.08.2019

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

il y a 19 jours

3.5: L’éducation sentimentale
Max a 12 ans et découvre la vie: fou amoureux de Brixlee, son unique moyen de la conquérir est de pouvoir participer à la fête organisée par Soan. Mais en jouant avec le drone de son père et le cassant, sa participation est fortement remise en question. A moins d’en acheter un neuf avec ses amis Lucas, dont les parents divorcent, et Thor, désireux de participer à une audition pour une comédie musicale.
Comment chercher à se détendre, sans prise de tête et avec une certaine nostalgie enfantine et adolescente? Telle était la mission de cette comédie. Mission accomplie.
Il ne faut bien sûr pas chercher de réflexion ou de positionnement sur la crise adolescente, mais malgré quelques situations loufoques, cette espèce de Goonies urbain avec un fond de West Side Story et une pincée d’épouvante (exquise séquence sur une créature maléfique récemment montrée) remplit son contrat social et nous laisse à la fois nostalgiques et ravis d’avoir grandi, malgré les craintes d’alors. Et voir Jacob Tremblay dans un rôle à contre-emploi mais finalement plus de sa trempe, confirme tout le bien pensé.
Se laisse donc voir...Voir plus


Autres critiques de films

ÇA Chapitre 2

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood

Late Night