The King of Thieves Royaume-Uni 2018

The King of Thieves

Critique du film

Cambrioleurs un jour, cambrioleurs toujours

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Michael Caine, Jim Broadbent, Tom Courtenay et Ray Winstone ravivent les vieux souvenirs. Une bande de cambrioleurs sexagénaires, à l’origine de plusieurs cambriolages, se lance dans un dernier casse. Les vieux potes vont rafler 200 millions dans les valises.

Comme dans ces films de braquage, où le dernier coup avant de tirer sa révérence tourne au fiasco. Un classique. Cette histoire vraie datant de 2015, vous expose exactement ce cliché du film de cambriolage. Le hold-up de trop conté par James Marsh (La merveilleuse histoire du temps) est incarné par une belle brochette d’acteurs. Une première moitié de film qui couvre la planification du casse, avant de passer par la mise en application (hâtive). Dans le feu de l’action, dans la précipitation, les langues se délient, les premières saillies apparaissent. Pas si soudés que ça les « amis ». Les trahisons refont surface, les coups de poignard dans le dos pleuvent au moment de faire les comptes. Non, détrompez-vous, n’y voyez pas un Ocean à la sauce vieillissante, mais bien un règlement de comptes.

Et dès que le l’équipe réussit à dérober les 200 millions en bijoux et en espèce, c’est une autre facette de Gentlemen Cambrioleurs qu’on découvre : un complot orchestré par l’un des membres ? C’est peut-être le véritable enjeu de l'œuvre de James Marsh. Rapidement le métrage tourne en rond, aussi statique que son casting en roue libre, étonnamment peu incarné. Cette absence d’intensité vient d’un scénario sans véritable relief, lisse, signé Penhall, et basé sur un article de journal du Vanity Fair de Mark Seal. Heureusement que quelques fulgurances signées Jim Broadbent - terrifiant dans certaines scènes - viennent dépoussiérer cette lancinante opération.

En bref !

Que de beaux acteurs, un cinéaste (normalement) percutant. Bien malheureusement, Gentlemen Cambrioleurs n’est qu’un long pensum de plus de deux heures, encastré dans une mécanique défaillante, sans prise de risque, ne suscitant pas le moindre intérêt.

14.05.2019

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Pokémon : Détective Pikachu

John Wick: Chapter 3 – Parabellum

Avengers: Endgame

Douleur et gloire