CH.FILM

Alexia, Kevin & Romain Suisse 2018 – 78min.

Alexia, Kevin & Romain

Critique du film

L’émancipation de trois adolescents

Clélia Godel
Critique du film: Clélia Godel

Pour sa première réalisation, le cinéaste suisse Adrien Bordone a choisi de s’immiscer au cœur de l’institution Perceval, qui œuvre en faveur de personnes handicapées, pour y suivre trois adolescents dans leur quête d’autonomie. Entre doutes, angoisses et rêves, Alexia, Kevin et Romain vivront une année charnière avant de s’envoler vers la liberté.

À première vue, Alexia, Kevin et Romain sont des jeunes de dix-sept ans comme les autres. L’approche de la majorité les pousse à vouloir gagner en autonomie et en maturité. Sauf que pour ces adolescents, souffrant de déficiences intellectuelles et ayant passé la majeure partie de leur vie en institution, le passage à l’âge adulte s’annonce plus complexe. Comment trouver du travail ? Où s’établir ? Comment s’intégrer dans la société ? Le chemin vers l’indépendance sera long et semé d’embûches, mais grâce à leur détermination et à leur courage, ces jeunes pourront enfin gagner leur liberté.

Ne souhaitant pas retranscrire simplement le quotidien de l’institution Perceval, le réalisateur Adrien Bordone a voulu consacrer son documentaire à la recherche du désir propre à ces trois adolescents qui seront bientôt confrontés au monde des adultes. Cet important rite de passage suscite de nombreuses inquiétudes chez ces jeunes qui appréhendent le moindre bouleversement dans leur vie. Adrien Bordone les a suivis durant leur dernière année au centre pour tenter de capturer leur ressenti et leur apprentissage de l’autonomie.

Malgré une démarche sincère et honnête, Adrien Bordone s’est pourtant vite perdu dans son récit en ne creusant pas assez sa thématique et en l’éclipsant à plusieurs reprises par une succession de scènes anecdotiques qui apportent peu de valeur au propos. Ce manque de structure entraîne une certaine lassitude chez le spectateur qui aurait préféré que d’autres éléments, plus en rapport avec les rêves de ces jeunes ou la recherche d’autonomie (comme trouver un futur emploi ou un logement), soient davantage exploités au lieu d’être juste effleurés.

On peine aussi à comprendre le choix du cinéaste de vouloir interrompre son documentaire en fin d’année scolaire, enlevant ainsi toute possibilité de suivi de l’émancipation des adolescents. Comment peut-on se rendre compte de leur progrès si on ne les suit pas dans leur vie future ? Cet arrêt précipité du récit ne semble pas entièrement pertinent eu égard à l’ambition du film, d’autant que les personnalités solaires et positives d’Alexia, Kevin et Romain nous donnent envie de les suivre dans leur confrontation du réel.

En bref !

Partant d’une bonne intention, Adrien Bordone n’est pas parvenu à tenir toutes ses promesses et réalise un documentaire qui reste beaucoup trop en surface pour étayer son sujet, tout en manquant de structure et d’envergure. En outre, la concrétisation des projets de ces jeunes aurait définitivement mérité d’être mise en lumière.

29.01.2019

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Michele

il y a 9 mois

Enfin un film dans lequel trois jeunes en situation de handicap sont protagonistes à part entière.
Adrien Bordone s’est intéressé à leurs personnes. Sans avis professionnels ni diagnostics, rien ne nous renvoie à un quelconque étiquetage.
Après la projection du film au Festival de Soleure, ce fut émouvant de voir Kevin et Romain défendre avec fierté leur expérience. Ils y ont cru jusqu’au bout. Ce qu’Adrien Bordone nous montre, avec respect et une attention toute particulière, c’est le chemin qu’Alexia, Kevin et Romain ont parcouru avec les «filmeurs» (comme les appelle Alexia). Ils lui ont fait confiance et se sont exprimés en toute liberté. La suite leur appartient et n’est pas le sujet du film, qui nous invite à être avec eux maintenant, à partager leurs inquiétudes, leurs angoisses, leurs interrogations et leurs moments de joie. La séquence du morceau de rap nous montre bien leur monde intérieur, leurs espoirs et leur envie de tenir et d’affronter l’avenir.
Bravo donc à Adrien Bordone et à son équipe.Voir plus


Michelle

il y a 9 mois

Pas du tout d'accord avec la critique de Clélia Godel!
Le propos du film est autre! Il s'agit de suivre trois jeunes en situation de handicap durant l'année qui précède le moment où, en raison de leur majorité imminente, ils devront quitter l'institution dans laquelle ils ont grandi. On les voit confrontés à l'inconnu, aux doutes, aux rêves, aux angoisses des questions qui se posent à eux. Adrien Bordone nous emmène sans commentaires, sans interview, sans voix off dans un film extrêmement touchant, tendre, plein de respect et d'humanité qui nous dépose avec Alexia, Kevin et Romain au seuil de l'âge adulte.Voir plus


Autres critiques de films

Le Mans 66

Joker

Doctor Sleep

La belle époque