Sage femme France 2017 – 117min.

Sage femme

Critique du film

La sage femme

Critique du film: Geoffrey Crété

Sage femme appréciée et très impliquée dans la maternité où elle travaille et qui est menacée de fermeture, Claire a voué sa vie aux autres. Droite, sérieuse, introverti, elle est aussi très solitaire depuis la mort de son père. Lorsque Béatrice l’appelle, elle ne comprend pas : cette dame exubérante et égoïste, aux antipodes d’elle, a été la maîtresse de son père avant de l’abandonner. Condamnée par une tumeur au cerveau, Béatrice ignore que son ancien amour est mort et qu’elle est responsable de son suicide…

Sage femme, c’est d’abord la rencontre entre Catherine Deneuve et Catherine Frot, deux facettes du cinéma français qui ont évolué en parallèle, entre le populaire et l’auteur. Réunies par Martin Provost (Violette, Séraphine), les deux actrices sont évidemment le cœur du film, qui se cache un peu trop derrière ce duo : la syntaxe cinématographique est donc très simple, appuyant parfois lourdement les étapes d’une histoire cousue de fil blanc, qui voit bien évidemment ces deux femmes que tout oppose se trouver et s’aider. C’est bien peu pour ressortir de Sage femme avec le sentiment d’avoir vu un film complet et remarquable, à la hauteur de cette rencontre, mais les fans de Deneuve et Frot auront eu tout le loisir de se souvenir pourquoi ce sont deux actrices si appréciées.

20.03.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

“Les reines Catherine”

Très appliquée et impliquée dans son métier de sage-femme, Claire apprécie son existence solitaire, mais bien rangée. Un matin, de retour d’une nuit de labeur, elle découvre un appel en absence sur son répondeur. Béatrice, l’ancienne amante de son père, souhaite la revoir après trois décennies d’absence. Avec elle, un pan douloureux de son passé ressurgit alors.

Terrienne, travailleuse dévouée et posée, Claire est une fourmi qui a su se satisfaire de ce qu’elle obtient de ses propres mains. Mettre au monde les enfants des autres. Cultiver son jardin avec un bonheur fier. Cigale aérienne et volage, Béatrice a profité de la vie qu’elle s’est choisie au risque de blesser les siens et de se brûler les ailes. Elle joue, fume, boit, mange avec voracité. En serait-elle moins sage ? L’opposition attendue ne réserve que peu de surprises et se démarque avant tout par la première rencontre à l’écran entre les reines Catherine Frot et Deneuve, bien à leur place. Complémentaires et complices, toutes deux élèvent cette histoire quelque peu désuète, mais pleine de délicatesse qui, entre deux baisers volés, fait valser Éros et Thanatos. Un film hommage aussi de la part du réalisateur dédié à une profession magnifique et malmenée qui lui donna la vie et la sauva.

6.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Voir plus

Sage femme 3

Autres critiques de films

La belle et la bête

Ghost in the Shell

Baby Boss

Kong: Skull Island