Avatar: La Voie de L'Eau Etats-Unis 2020 – 192min.

Critique du film

Quand la famille se serre les coudes

Christopher  Diekhaus
Critique du film: Christopher Diekhaus

Il aura fallu attendre longtemps, mais elle est enfin là : la suite du méga-blockbuster de James Cameron qui avait marqué l'histoire du cinéma en 2009. Le cinéaste nous sert une nouvelle fois des images exaltantes et qui établissent de nouveaux standards. Or, sur le plan narratif, le film est à la traîne de sa technique à couper le souffle.

L'ex-soldat Jake Sully (Sam Worthington), qui était devenu à la fin du précédent film un membre à part entière des Na'vi sur la lune de Pandora, a fondé une famille avec son grand amour Neytiri (Zoe Saldaña). Bientôt, une ancienne menace réapparaît sous une nouvelle forme, et il doit s’enfuir avec sa femme et ses enfants. Les fugitifs trouvent alors refuge auprès d'une autre tribu autochtone, installée sur les côtes de Pandora.

Grand perfectionniste hollywoodien, James Cameron enclenche une nouvelle fois le mode surpuissant et livre une épopée qui, malgré ses plus de trois heures, n'est jamais pénible et offre des visuels pour le moins spectaculaires. Grâce à une technique de capture de mouvement qui s’est affinée au fil des ans, «Avatar: La Voie de L'Eau» ne cesse de nous étonner. Et il suffit de comparer le monde sous-marin présenté ici, dans lequel les protagonistes évoluent de manière incroyablement naturelle, avec les images du titre «Aquaman» chez DC pour finalement déclasser l'adaptation de la bande dessinée.

Comme précédemment dans «Avatar» (2009), le scénario se parsème de quelques platitudes ésotériques et manquera d’être spectaculaire. Pourchassés, Jake et sa famille s'enfuient et devront finalement faire face à leurs ennemis. Plusieurs arcs de personnages s’installent pour créer une profondeur émotionnelle, mais certains conflits semblent toutefois trop schématiques et le film a parfois du mal à concilier son vaste ensemble de personnages. Alors, il ne reste plus qu'à espérer que le contenu se rapproche de la forme dans les suites déjà prévues.

(Texte original en allemand)

14.12.2022

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 20 jours

“Les grands bleus”

La vie semble idyllique sur Pandora pour Jake et Naytiri, désormais parents de quatre enfants. Mais le Colonel Quaritch, ressuscité sous la forme d’un avatar, n’a pas dit son dernier mot et fomente déjà sa vengeance.

Il aura fallu treize ans à James Cameron pour poursuivre son rêve bleu. Une attente sans réelle impatience qui suscite néanmoins la curiosité du plus grand nombre. Force est de constater que d’un point de vue purement technologique le Canadien demeure le roi du monde. D’autant plus convaincant quand il se jette à l’eau, son élément premier, dans lequel il nage comme un poisson. Les scènes subaquatiques sont étonnantes nous permettant de plonger au milieu d’une faune et d’une flore lumineuses. En 3D, les gouttes de pluie nous tombent dessus, quand les bulles feignent de sortir directement de notre bouche. Le réalisateur surfe même sur l’autocitation en reconstituant le naufrage impressionnant d’un Titanic de guerre. En passant, Kate Winslet joue les sirènes des mers. Réussite également pour l’animation et l’expressivité des personnages, cheveux, poils ou pores de la peau sont restitués à la perfection.

La pêche serait miraculeuse si le scénario ne coulait pas sous une avalanche d’explosions et de bons sentiments familiaux. Dans une époque consciente des problèmes écologiques, on pouvait espérer des humains un peu moins destructeurs dans cet épisode deuxième du nom. L’action permet néanmoins de combler cette longue traversée de 3 h 12. Quoi qu’on en dise, le Capitaine Cameron reste à l’heure actuelle le meilleur en matière de spectacle, capable de redonner des couleurs à un public hétéroclite disposé enfin à quitter son petit écran pour retrouver celui des salles, sans masque… ni tuba.

(7/10)Voir plus

Dernière modification il y a 20 jours


michade

il y a 28 jours

le graphisme est superbe, la qualité du film indéniable... si ce n'est le scenario assez minable, d'une grande banalité, Je me suis ennuyé durant 3h. Si vous aimez les films de guerre, il y en a des mieux faits. Si vous aimez les paysages magnifiques, il y en a en effet quelques uns (coincés entre des scènes de combat qui s'enchainent et se ressemblent).

J'avais très envie d'aller le voir. Je n'irai pas voir l'opus 3Voir plus


Eric2017

il y a 1 mois

Ce film on peut le comparer au tableau d'un peintre. On peut visiter une galerie, s'arrêter devant un tableau, reconnaître le travail de l'artiste, mais au final ne pas aimer l'oeuvre ni l'artiste. C'est mon cas pour AVATAR 2. Obligé de reconnaître que la technologie utilisée est incroyable, mais je n'ai pas aimé l'oeuvre car je n'ai ressenti aucune émotion. Tout comme dans le premier film, le scénario est d'une grande banalité et je l'ai même trouvé beaucoup plus violent. Les dialogues sont bof... et la technologie ne permet absolument pas d'apprécier le jeu des acteurs. Situer cette histoire sur l'exolune Pandora ou sur la planète bleue dans les années 2160, permet juste de montrer la stupidité de l'humain et enlève toute part de rêve d'un monde meilleur, ici ou ailleurs. C'est certain, je n'irai pas voir l'opus 3-4 et 5 car il y en a jusqu'en 2028. Deux étoiles pour la technologie. (F-29.12.22)Voir plus


Autres critiques de films

Le Pire Voisin Au Monde

Astérix & Obélix : L'Empire du Milieu

Le Chat potté 2: La dernière quête

Babylon