La vie d'Adèle Belgique, France, Espagne 2013 – 179min.

Critique du film

La vie d'Adèle

Critique du film: Agathe Tissier

Une adolescente découvre le saphisme avec une étudiante aux beaux-arts plus âgée qu'elle. Palme d'Or à Cannes.

Adèle mène ses années lycée comme l'ado qu'elle se doit d'être. Aux cours de français où l'on réfléchit sur l'amour à la lecture de Marivaux succèdent les discussions centrées surtout sur le sexe à la cantine. Obnubilées par qui va coucher avec qui, Adèle et ses copines expérimentent les premiers émois et se les partagent comme autant d'informations bonnes à savoir. Lasse de simuler avec son nouveau prétendant, Adèle part à la recherche d'une mystérieuse jeune femme aux cheveux bleus croisée par hasard dans les rues de Lille. Au détour d'un bar gay, Adèle la retrouve. Emma, étudiante aux beaux-arts, est un peu plus âgée et surtout plus sûre de sa sexualité. Une initiation au saphisme qui va bouleverser la jeune fille, confrontée à ses propres craintes mais aussi aux regards des autres...



Les héroïnes d'Abdellatif Kechiche lisent encore et toujours Marivaux depuis l'Esquive mais ici viennent se frotter à d'autres plaisirs. Une quête d'identité sexuelle qui s'étire tout de même péniblement sur 3 heures que l'on passerait volontiers à rêver à d'autres choses que ces corps d'actrices filmés de tellement près qu'on se sent presque à l'étroit à 3 dans le même lit. Une intimité qui peut en séduire certain(e)s mais qui gagnerait en subtilité avec un doigt de pudeur. Si la longue durée du film permet de dénicher quelques pépites dans des scènes à rallonge, elle débouche aussi sur pas mal de moments d'ennui.

09.05.2016

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

TOSCANE

il y a 7 ans

Dans ce film, quelques scènes bouleversantes, comme celles des deux repas de famille. La différence dite sociale liée principalement à l'éducation et à la culture, apparaît dans le regard condescendant et amusé de la mère d'Emma lorsqu'Adèle lui dit qu'elle souhaite devenir institutrice. Cette femme sait déjà à cet instant que cette histoire ne durera pas, parce que dans sa famille on doit être créatif et ambitieux. Plus tard Emma dira à Adèle qu'elle doit faire autre chose,
"se réaliser". Et pour Emma l'histoire s'effiloche déjà lorsqu'elle invite des amis, Adèle fuit les discussions et fait gentiment la cuisine et la vaisselle. C'est terrible mais exactement comme ça. Pour cette violence sociale, j'ai tout à coup pensé à Pomme de la Dentellière. Je ne retiens pas beaucoup de ce film les scènes de sexe plus ou moins esthétisantes selon les plans du cinéaste. Y-aura-il un numéro 3 et 4 ? Que va devenir Adèle ? Epouser finalement un gentil garçon ?Voir plus


pierred1

il y a 8 ans

... Bon, définitivement 2013 ne sera pas une grande année de cinéma. Même la palme laisse un peu sur sa faim.
Le film est puissant, sans doute, les actrices (surtout Adèle puisque c'est Adèle) portent le film mais il y a des mais... il y en a beaucoup.. Les situations sont trop archétypiques, les personnages secondaires manquent de profondeur et on n'échappe pas pas aux clichés parfois les plus rabattus... On sent très fort la BD et ses limites dans le scénario; et on se retrouve avec un film dont l'esthétique des années 2010 ne matche pas vraiment avec une vision du monde des années 90... Le traitement des écarts entre les classes sociales, la description de leurs travers et limites est parfois (souvent) navrante.
Restent de très beaux moments mais aussi des longueurs inutiles. Et une maîtrise de l'ellipse bluffante. Pour le titre j'aurais opté pour Chapitres 1, 2 et 3 pour ma part.Voir plus


beundi

il y a 8 ans

un film sans aucun intérêt. Des actrices vulgaires, pas d'histoire, on s'ennuie à mourrir, une délivrance une fois sorti du cinéma. Ce truc a eu une palme d'or? c'est une honte


Autres critiques de films

House of Gucci

Encanto - La Fantastique Famille Madrigal

Mourir peut attendre

S.O.S. Fantômes: L'Héritage