Le drôle de Noël de Scrooge Etats-Unis 2009 – 96min.

A Christmas Carol

Critique du film

A Christmas Carol

Björn Schäffner
Critique du film: Björn Schäffner

Adaptation du classique de Charles Dickens dans laquelle un vieil homme avare a l'occasion de se racheter.

Grincheux et avare, un vieil usurier du nom d'Ebenezer Scrooge sévissant dans le Londres du XIXe siècle, reçoit un beau jour la visite du fantôme de son ancien associé, Jacob Marley, la veille de Noël. Celui-ci l'informe que trois autres esprits lui apparaîtront prochainement dans le but de lui démontrer un concept simple et universel: l'argent ne fait pas le bonheur. Scrooge comprend alors qu'il a la chance de se rédimer des erreurs commises au cours de sa vie...

Tout comme pour ses précédents films Le Pôle Express, Beowulf (et Monster House qu'il n'a "que" produit), Robert Zemeckis fait une nouvelle fois appel au procédé de la «Performance Capture», lequel permet de recréer au mieux les expressions et les gestes des comédiens en infographie, en l'occurence Jim Carrey, Gary Oldman, Colin Firth, Bob Hoskins et Robin Wright Penn. Si cette nouvelle adaptation d'un "Chant de Noël" impressionne pour ses images et ses effets renversants, il n'est pas certain que l'auteur de ce classique de la littérature anglaise, Charles Dickens, ait approuvé pareil traitement avant-gardiste à son oeuvre.

09.11.2010

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

biloue

il y a 8 ans

Épouvantable et terrifiant, ce vieux monsieur qui semble ne pas avoir une once d'humanité. On attend la fin pour voir si cela va s'arranger... Suspense


gordonne

il y a 9 ans

L'adaptation d'Un chant de Noël métamorphosé en conte très macabre, traité avec lourdeur, sans poésie et à grand renfort d'effets spéciaux et de motion, capture. Décevant et trop terrifiant pour les enfants de moins de dix ans.


zorkamax

il y a 9 ans

Robert Zemeckis a respecté ce conte. Il n'édulcore ni l'austérité ni la cruauté du texte. Il n'a même pas peur d'effrayer en 3D les enfants qui doivent trembler devant la scène où le troisième spectre poursuit Scrooge, réduit à la taille d'une souris minuscule.
Construit dans des décors de toute beauté, ce Drôle de Noël est un cauchemar qui va crescendo, la technologie renforce l'émotion. Lorsque Jim Carrey regarde méchamment son comptable miséreux on a presque la larme à l'oeil.Voir plus


Autres critiques de films

La reine des neiges II

Le Mans 66

Joker

Doctor Sleep