Avec Amour et Acharnement France, Royaume-Uni 2022 – 117min.

Critique du film

Deux hommes, une femme

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Claire Denis adapte Christine Angot et dévoile un étouffant triptyque amoureux.

Cinéaste française acclamée, Claire Denis est présente cette année en compétition à Berlin Avec Amour et Acharnement. Elle réunit pour la première fois à l’écran Juliette Binoche et Vincent Lindon dans un triptyque amoureux complexe adapté du roman de Christine Angot. Les deux femmes se retrouvent à l’écriture du scénario pour raconter la vie de Sara, incarnée par une Juliette Binoche éperdue. Depuis 10 ans, elle partage sa vie avec Jean (un intense Vincent Lindon), un ancien détenu et une figure respectée du rugby, qui reprend sa vie en main avec son ancien associé, un certain François (Grégoire Colin) qui n’est autre que le précédent époux de Sara. Pour Jean, c’est une nouvelle vie qui s’annonce ; et Sara perd la tête, déraille, torturée entre cet être qu’elle a tant aimé et cette vie qui devait être la sienne. Après High Life avec Robert Patinson, Claire Denis signe une parade amoureuse toxique au cœur d’une réalisation clinique, brute, épurée, pour conter le drame étouffant de cette femme à la croisée de ses amours.

(Berlinale 2022)

18.07.2022

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 4 mois

« Les étreintes brisées »

Sarah et Jean rentrent de vacances, plus amoureux que jamais. Mais lorsqu’elle aperçoit au loin François, son ancien amant, les sentiments passés lui reviennent et la bouleversent.

Une femme, deux hommes, deux possibilités ? Claire Denis et Christine Angot nous rejouent un Je t’aime, moi non plus entre Juliette et ses Roméo. Mais le beau soleil intérieur a fait place à l’orage. Il y a de l’électricité dans l’air au sein du couple Lindon-Binoche, Grégoire Colin restant dans l’ombre. On s’étreint comme l’on se brise sur une musique inquiétante, insistante. Les masques chirurgicaux ne dissimulent rien. Affrontements et réconciliations s’enchaînent, parasités par des bulles digressives : Beyrouth en crise, la pensée blanche de Lilian Thuram, une grand-mère et son petit-fils à bout. L’ennui guette vite. Alors que tout avait commencé dans un océan azuré, tout s’efface lorsque le téléphone se noie dans l’eau du bain. A retenir néanmoins les tremblements de Sarah somatisant les flèches de la passion retrouvée et la tête basse de Jean descendant l’escalier. Déjà vaincu, celui-ci souffle simplement à son épouse qui monte : « Il est en haut ».

(5.5/10)Voir plus

Dernière modification il y a 4 mois


Eric2017

il y a 4 mois

J'ai beaucoup aimé ce film. Relation difficile entre un homme "introverti" et une femme amoureuse de deux hommes. Le sujet est traité en finesse et très bien interprété par Binoche et Lindon. Un peu lent sauf dans la dernière demi-heure où la "cocotte minute" explose. (G-08.09.22)


marion001

il y a 4 mois

Jeu d'acteurs fabuleux.
On regrette peut peut-être que certains thèmes ne soient pas traités plus en profondeur mais on voit la difficulté qu'ont les personnages à communiquer.
Une réalisation proche des comedien.ne.s , intimiste qui parle aussi de la dépendance affective.


Autres critiques de films

Avatar: La Voie de L'Eau

Le Chat potté 2: La dernière quête

Babylon

Shotgun Wedding