De rouille et d'os Belgique, France 2012 – 120min.

Critique du film

De rouille et d'os

Critique du film: Constantin Xenakis

Un jeune père sans le sou et une ex-dresseuse d'orques devenue paraplégique font connaissance. De Jacques Audiard et avec Marion Cotillard.

Sans argent ni formation, Ali (Matthias Schoenaerts, vu dans l'impressionnant Rundskop) quitte le nord de la France en compagnie de son fils de 5 ans, pour s'installer chez sa soeur et son beau-frère, lesquels vivent chichement à Antibes. Après avoir trouvé un premier emploi comme videur de boîte, ce gaillard costaud et taciturne, boxeur à ses heures perdues, fait la connaissance de la séduisante Stéphanie (Marion Cotillard) suite à une rixe sur la piste de danse. Quelques temps plus tard, tandis qu'Ali se lance dans des combats clandestins organisés par des gitans pour gagner sa croute, cette dresseuse d'orques le recontacte. Entre-temps, elle a dû être amputée des 2 jambes à hauteur du genou suite à un terrible accident...

Après 2 drames implacables, les superbes De battre mon coeur s'est arrêté et Un prophète, Jacques Audiard signe un mélo âpre dont les deux protagonistes sont des êtres cabossés par la vie: une ex-beauté devenue paraplégique et une baraque à l'aura animale, capable de communiquer plus avec les coups de poing qu'avec les mots. Forcément émouvant, surtout lorsque le destin et les scénaristes s'acharnent à ce point sur le sort de leurs protagonistes.

16.11.2014

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

rafalecjb

il y a 7 ans

Pas le meilleur mais un bon film d'Audiard, un superbe casting, une histoire forte mais quelques ellipses scenaristiques un peu violente à mon gout


schmuch

il y a 8 ans

très humain


coper_nick

il y a 8 ans

Comment le destin d'un perdu peut s'effondrer encore plus bas pour nous questionner. Noir, dense, irrespirable parfois et ouf... de l'air.


Autres critiques de films

Antoinette dans les Cévennes

Wonder Woman 1984

Justice League

Adieu les cons