Crazy Bear Etats-Unis 2023 – 95min.

Critique du film

Une série Z avec un ours sous cocaïne, mais sans folie

Critique du film: Damien Brodard

Après avoir livré sa version de Charlie’s Angels (2019), l’actrice et réalisatrice américaine Elizabeth Banks raconte le «bad trip» sanglant d’un ours brun.

D’après une histoire vraie. À la suite du mystérieux crash d’un avion transportant des kilos de cocaïne dans les forêts de l’état de Géorgie, un gigantesque ours brun tombe malencontreusement sur la cargaison. Sous l’emprise de la drogue, l’animal se déchaîne, s’en prenant à quiconque croise sa route, d’une mère recherchant sa fille (Keri Russell) à deux trafiquants incompétents (Alden Ehrenreich et O’Shea Jackson Jr.), en passant par un policier en mal d’affection (Isiah Whitlock Jr.). Tous vont passer une journée mouvementée.

Un ours, de la cocaïne et des effusions de sang : même s’il est à deux doigts de ressembler au début d’une blague au goût douteux, le principe décérébré du nouveau film d’Elizabeth Banks a le mérite d’intriguer. Alors que le long-métrage semble avoir été taillé pour amuser la galerie avec un second degré régressif, on se retrouve pourtant avec un ton très mal géré qui risque de ne satisfaire ni les amateurs de comédies horrifiques, ni même les fans de nanars. En effet, les scénaristes semblent désespérément tenter de faire adhérer le public à une pléiade de personnages plus écervelés les uns que les autres, au travers de scènes d’exposition bien trop longues et nombreuses pour des coquilles vides dont l’unique fonction est de servir de chair à canon. Peut-être s’agit-il d’une tentative de détourner les codes bien connus de la narration classique ? Quoi qu'il en soit, la présence de certaines séquences cherchant réellement à véhiculer une émotion sincère jure drastiquement avec l’absurdité de ce qui est filmé ou raconté. Face à un tel mélange qui ne tranche jamais entre narrer sérieusement une histoire et sérieusement partir en roue libre, il y a de quoi rester perplexe.

On ne parlera pas du fameux ours meurtrier, star du film, ou plutôt de l’amas d’images de synthèse faisant encore plus peine à voir que les personnages. Là aussi, le bât blesse : loin d’être une sorte de joyeux monstre qui aurait un peu trop abusé de la poudre, Crazy Bear se contente de faire de sa principale attraction une bête banale, certes sanguinaire, mais très sage au vu de ce que l’intrigue promet. Résultat des courses : une série Z bien terne, rarement drôle ou transgressive, en dépit de quelques comédiens qui semblent s’amuser, lorsque d’autres doivent surtout se demander ce qu’ils font là ; reste l’occasion d’adresser des adieux au regretté Ray Liotta. En fin de compte, ce n’est ni Les Dents de la mer (1975) version ursidé, ni un genre d’ovni délirant, ni même un nanar, mais simplement un long-métrage qui rate beaucoup de ce qu’il entreprend.

15.03.2023

1.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Wish

Napoléon

Hunger Games: la Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

Le Garçon et le Héron