Les Choses Simples France 2022 – 95min.

Critique du film

Wilson et Gadebois, l’homme des villes et l’homme des champs

Critique du film: Damien Brodard

Après Délicieux (2021), le réalisateur Eric Besnard retrouve Grégory Gadebois dans une comédie sensible, faisant la part belle à la simplicité et à la nature.

Lors d’un voyage d’affaires bien loin de Paris, Vincent (Lambert Wilson), un célèbre entrepreneur ayant fait fortune avec une application de rencontre, tombe en panne en pleine montagne. Il y fait la connaissance de Pierre (Grégory Gadebois), un homme imposant et nonchalant, qui lui apporte son aide. Vincent se surprend alors à s’intéresser à la simplicité du mode de vie de son hôte. Tous deux vont apprendre à s’apprécier.

Grâce à un montage inaugural introduisant immédiatement sa problématique, le nouveau long-métrage d’Eric Besnard tend à disséquer notre société contemporaine, à l’image d’une fable moderne, par un jeu d’opposition constant. D’un côté, la rapidité et la technologie avancée avec tout ce qu’elle comprend de futile, de l’autre, les grands espaces naturels, les traditions et l’art de prendre son temps. Bien que basique, la confrontation de ces deux antagonismes est construite avec soin par le réalisateur, surtout pour ce qui concerne le choix des comédiens incarnant chacun un pan de la comparaison. Lambert Wilson s’avère être une évidence dans son rôle de riche entrepreneur, tant son énergie exaspérante, son attitude suffisante et ses traits d’humour tissent la parfaite allégorie d’une société embourbée dans le paraître et soumise à la dictature de sa montre. Face à lui, l’impressionnante présence de Grégory Gadebois, force silencieuse proche de la nature, offre un contraste certes archétypal, mais dont l’exécution fonctionne admirablement.

Même si l’alchimie des deux protagonistes permet de passer outre les archétypes, force est de constater que ce choix ne sert à rien d’autre que raconter ce que le spectateur ne s’imagine déjà à leur sujet. Rien de rédhibitoire en soi, mais le fait que l’écriture des personnages ne dépasse jamais réellement leur cliché demeure dommageable. De plus, lorsque le film s’éloigne de cette opposition pour s’aventurer dans un récit romantique typique des comédies, il perd paradoxalement de son charme et de la sobriété qui fait sa force. Eric Besnard signe tout de même un joli récit empreint d’un discours optimiste sur la cohabitation entre modernité et retour à l’essentiel, sans grand sursaut d’originalité, mais avec une humanité attendrissante, incarnée par deux comédiens chevronnés et parfaitement choisis.

20.02.2023

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

TOSCANE

il y a 1 an

Ce film ne m’a pas fait vibrer. Sauf les dix premières minutes, le temps d’admirer un paysage magnifique. L’opposition entre le businessman et le montagnard a bien démarré, mais le scénario s’est avéré un peu faible, pas vraiment simpliste, mais pas très crédible, à mon avis.
Les deux acteurs sont très bons, quoique l’homme des bois avec sa tête qui fait la gueule en permanence ça me fatigue. Il avait sûrement un grand cœur mais il ne m’a pas séduite.Voir plus


Eric2017

il y a 1 an

Sorti en Suisse, je suis retourné voir ce film si touchant. Ce duo Wilson-Gadebois fonctionne à merveille. Des images magnifiques et un sujet traité par Eric Besnard qui nous fait prendre conscience de ce qui est futile ou essentiel. Bravo c'est réussi. (G-01.03.23)

Dernière modification il y a 1 an


Eric2017

il y a 1 an

Vu en avant-première à Mâcon. Ce film est magnifique et avec deux acteurs fabuleux. L'un admirant l'autre, Lambert Wilson déclarait qu'il se réjouissait de tourner avec ce grand acteur qu'est Grégory Gadebois. Dixit: "un acteur absolument complet tant son talent est immense. Un acteur digne des grands comédiens anglais". Force est de constater que ça s'avère être vrai dans tous les films qu'ils interprètent. Quant à Lambert Wilson il est parfait et m'a beaucoup fait penser à son rôle dans Alceste à Bicyclette avec un autre grand comédien Fabrice Lucchini. Eric Besnard, après le magnifique DÉLICIEUX, a une nouvelle fois trouver un sujet et un casting à la hauteur. Un film plein de sensibilité, de mystères dévoilés petit à petit au fil des minutes. J'ai adoré et me réjouis de sa sortie en Suisse. (M-22.01.23)Voir plus

Dernière modification il y a 1 an


Autres critiques de films

Godzilla x Kong: Le Nouvel Empire

Kung Fu Panda 4

Une Vie

Il reste encore demain