CH.FILM

Wild Suisse 2021 – 90min.

Critique du film

À la poursuite des animaux et des chasseurs.

Irene Genhart
Critique du film: Irene Genhart

Dans son premier long métrage documentaire, le réalisateur Mario Theus accompagne un garde-chasse, un mineur et un ancien braconnier dans les alpes suisses. S'appuyant sur son expérience de chasseur et de garde-forestier, le cinéaste réalise une douce réflexion sur notre relation contemporaine aux animaux et à la nature.

Enfant, Mario Theus accompagnait avec enthousiasme son père à la chasse. Les trois protagonistes de Wild ont, comme lui, découvert leur passion pour cette pratique très tôt. Pirmina Caminada, garde-chasse, contrôle le Val Lumnezia. Elle n’est plus autorisée à chasser à titre privé. Andreas Käslin est mineur du canton de Niwald. Il considère la chasse comme partie intégrante de son métier et apprend à ses cinq enfants, encore jeunes, à traiter les animaux avec révérence. L’ancien braconnier Urs Biffiger, devenu père, a troqué son fusil pour un appareil photo. Il est aujourd'hui l'un des plus grands experts et photographes animaliers de Suisse.

Wild impressionne. Mario Theus nous transporte dans les paysages grandioses à peine explorés des Alpes suisses. Les prises de vue animalières sont spectaculaires, les images splendides. Dans ces décors somptueux, évoluent nos chasseurs. Grâce aux contes de fées, nous avons une image précise de ce personnage armé d’un fusil, partant en forêt à la recherche de proies. Loin d’être un sport brutal, la chasse reste une pratique ancestrale pour se nourrir. Mais c’est aussi une expérience profondément émotionnelle, qui exige une bonne condition physique et une connaissance approfondie du terrain, de la nature et des animaux. Nos trois personnages traversent les montagnes et partagent leurs histoires. Les échanges s’enchainent : les techniques de chasse les plus anciennes ; la peur de l’homme face aux grands prédateurs ; la distinction entre animaux domestiques et sauvages ; la pratique de l’euthanasie par les vétérinaires. Les sujets sont nombreux, et nous écoutons attentivement, apprenons d’eux. La bande-son de Christian Zehnder accompagne le film à la perfection et nous plonge dans une atmosphère dense et poétique. Nous sommes transportés.

Le retour des loups, L'ours en moi ou encore Becoming Animal ; récemment, ces films suisses ont déjà exploré la relation entre l’homme et la nature. Wild se joint à eux et nous fait réfléchir, nous transporte, nous enseigne. Nous ressortons avec un regard nouveau sur une pratique aussi vielle que le monde, souvent dépréciée et pourtant si naturelle.



05.11.2021

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Elvis

Top Gun: Maverick

Jurassic World : Le Monde d'après

Buzz l'Éclair