CH.FILM

La Pacifiste – Gertrud Woker: Une héroïne oubliée Suisse 2021 – 75min.

Critique du film

Portrait d’une pionnière intrépide

Irene Genhart
Critique du film: Irene Genhart

Militante suisse pour la paix et le droit des femmes, Getrud Woker est pourtant une héroïne oubliée. Les cinéastes Fabian Chiquet et Matthias Affolter dressent dans ce documentaire le portrait d’une grande pacifiste dont le nom ne devrait plus être oublié.

Toute leur vie, Manfred Woker et ses frères ont entendu dire que leur Tante Trudi n’était pas très bien dans sa tête. La preuve étant, cette lettre qu’elle prit la liberté d’écrire à John F. Kennedy en 1963. C’est au nom de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté qu’elle y implore le président des États-Unis d’interdire de toute urgence les essais nucléaires. Sur la base de ses découvertes scientifiques, elle mettra en garde contre armes chimiques, atomiques et bactériologiques. C’est cette lettre qui ouvre le documentaire de Fabian Chiquet et Matthias Affolter. Son ancienne maison au bord du lac de Thoune plante le décor ; le pic du Niesen apparait au loin ; puis, une explosion nucléaire.

Née à Berne en 1878, Getrud Woker est une pionnière. Dès 1917, au mépris de la discrimination sexuelle, elle devient une source d’inspiration. Une des premières femmes professeurs en Europe, militante du mouvement pour la paix, elle réclame l’égalité des droits, des salaires et critique les débordements de l’évolution de la technologie militaire. Et jusqu’à l’aube de sa vie, elle se battra sans relâche pour la justice et contre l’utilisation abusive de la science. Célibataire et militante, d’aucun.e.s la prennent pour une dérangée ; elle finira par être internée en clinique psychiatrique où elle meurt en 1968.

Construit sous forme de collages, le documentaire de 75 minutes sort des sentiers battus. Le passé retrouve une énergie, rythmé par une composition attrayante qui nous plonge dans la vie d’une figure fascinante. Basé sur les écrits personnels et scientifiques de Gertrud Woker, ainsi que sur des rencontres avec son neveu et l’historienne Franziska Rogger, nous suivons avec curiosité les événements marquants de son existence. Issue d’une famille d’érudits et de politicien, elle se distinguait déjà enfant par sa vivacité d’esprit. Après avoir brillamment décroché son baccalauréat, elle embraye sur des études de physique et de chimie, puis obtient un petit laboratoire à l’Université de Berne. Et malgré des recherches révolutionnaires, elle ne sera jamais véritablement reconnue. Peut-être simplement à cause de son style de vie. Son histoire est captivante, et nous nous laissons porter jusqu’aux dernières minutes du métrage, et l’envole d’une colombe de la paix vers les Alpes.

Injustement oubliée, pionnière éclairée et courageuse, Gertrud Woker est une scientifique qui mérite sa place dans les mémoires collectives. Un destin fascinant et joliment rendu dans le documentaire de Fabian Chiquet et Matthias Affolter. Les deux cinéastes y dressent le portrait d’une femme prodigieuse, d’une militante tombée dans l’oublie. Reconnaissants de cette rencontre, nous ressortons curieux, prêts à nous plonger plus profondément dans ces préoccupations, toujours d’actualité, de cette femme d’exception.

(Traduit et adapté de l’allemand par Maxime Maynard)

13.09.2021

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Dune

Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux

Spirale: L'héritage De Saw

Tom and Jerry