Nomadland Etats-Unis 2020 – 108min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

17

10

3

1

5

3.9

36 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 1 mois

“Home”

Suite à la perte de son travail et le décès de son mari, Fern se retrouve à sillonner les routes dans son van aménagé en quête de petits boulots. Elle y rencontre une communauté de nouveaux nomades.

Lorsqu’une usine ferme ses portes, c’est parfois la ville entière qui disparaît. Et des vies humaines en partance ou laissées de côté. Certaines n’ont d’autre choix que de migrer vers des contrées plus accueillantes en logeant dans leur véhicule. Mais il y en a, plus âgées pour la plupart, qui ont préféré cette existence mobile afin d’échapper aux contraintes d’une société assujettie à la concurrence et au roi dollar. Retour ainsi à la nature dans des paysages immenses de l’Ouest américain où seul le ciel marque une limite. La solidarité prend le relais, encourageant l’entraide, le troc et le strict minimum matériel. Un sentiment intense de liberté qui a malgré tout son prix. Exiguïté, incertitude, manque d’hygiène, grand froid. Un problème mécanique ou de santé et c’est tout un équilibre fragile qui vacille. Sans négliger la solitude ressentie et l’éloignement des proches qui n’ont pas suivi.

Un sujet fort dans lequel Chloé Zhao nous immerge en mélangeant fiction et documentaire. Le voyage de Fern est également intérieur face aux différents deuils qu’elle doit digérer. En s’appuyant sur les épaules solides de Frances McDormand, la réalisatrice va à la rencontre de figures vraies et marquées qui nous partagent leur quotidien en marge. Et l’on prend le temps de les écouter. Pas de panneaux de la colère ni de violence gratuite le long de cette route sinueuse, mais des êtres cabossés qui ont su transcender leurs drames intimes pour s’épanouir et réaliser quelques rêves ultimes. Un film souvent contemplatif et silencieux qui redessine les contours de la famille et questionne la définition du mot « maison » : est-ce un lieu purement physique ou un précieux que l’on porte en soi ?

(8/10)Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


vincenzobino

il y a 1 mois

4.5: Voyage au bout du paradis
Fen est une nomade: elle se déplace de site de travail en site avec son van et rencontre bon nombre de personnes de son statut, dont Dave n’étant pas indifférent. Mais Fen a également une famille et elle ne peut la fuir éternellement.
Le voici donc cet hymne à la tolérance couronné aux derniers Oscars ainsi qu’à Venise. Une magnifique expérience.
Qu’est-ce que l’enfer? Où est le paradis? Ces deux questions m’ont personnellement trotté en tête tout au long du film: le statut et parcours de vie de Fen et Cie m’effraierait mais s’il ne croule pas sur l’or, il s’avère richissime au niveau humain.
Et c’est exactement ce que Chloe Zhao illustre : par des paysages naturels extraordinaires, des humains riches de compassion et d’empathie et une formidable musique signée Einaudi, ce voyage m’a illuminé tout du long malgré ses obstacles, à tel point que la lumière du cinéma signifiant le retour à ma réalité ainsi que cette séparation très forte m’a marqué au plus profond alors que pourtant le film s’adresse à vous Mesdames et à vous tous voyageurs de l’âme à la recherche du Paradis.
A recommander vivementVoir plus


Watchlist