Nomadland Etats-Unis 2020 – 108min.

Critique du film

See You Down The Road

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Six nominations pour trois statuettes dont l'Oscar historique de la meilleure réalisation pour Chloé Zhao (devenant la première femme asiatique décorée dans cette catégorie) et l'Oscar de la meilleure actrice attribué à Frances McDormand. À l'image de son actrice principale, Nomadland est un film rare.

Inspiré du roman éponyme de Jessica Bruder, le parcours de Fern (Frances McDormand), ancienne professeure, est celui d’une Amérique fragilisée par la crise économique des années 2000. Elle vit seule depuis le décès de son époux, et après la perte de son emploi la précarité s’installe. Pensions insuffisantes et administrations accablantes, rien n’est véritablement propice à l’accès au logement et doucement les options s’amenuisent. Bientôt son van devient sa seule demeure possible.

Nomadland nous emporte à l’orée d’un nouveau monde alors que l’économie s’effondre, une fable de la crise économique de 2008, des GAFAM qui fument à pleins poumons tandis que leurs fantassins s’échinent. En plein hiver, l’histoire s’entame dans les rues enneigées d’Empire, Nevada, une ville fantôme dont le code postal a été supprimé après la fermeture de l’usine qui maintenait ses quelques habitants à flot. C’est là que vivait Fern avec son époux, mais plus rien ne subsiste de ce que fut sa vie. Alors contrainte à l’exil, quelques assiettes dans le coffre et la parka de son mari sur le dos, elle appartient désormais au peuple de ceux qui naviguent avec le vent.

À plus de soixante ans, on lui parle de retraite anticipée, mais au volant de son van (joliment surnommé «vanguard»), Fern vadrouille entre les petits boulots et son intérim dans les entrepôts d’Amazon. C’est là qu’elle rencontre Linda Lay (qui incarne son propre rôle). Vagabonde elle aussi, elle lui parle de ce grand rassemblement de nomades en Arizona, le fameux Rubber Tramp Rendezvous (RTR).

Tourné en basse lumière, accompagnée de quelques panneaux LED seulement, la caméra de Joshua James Richards embrasse la beauté de l'Ouest américain avec une singularité proche du documentaire. Un effectif réduit pour venir à la rencontre de ces vagabonds qui paisiblement se confient au chaud de leurs vans. Dès les premiers plans, les mots nous manquent et bientôt le vertige horizontal nous submerge.

Frances McDormand nous emmène à la rencontre de Patty, Linda, Swankie et les autres. Beaucoup incarnent ici leurs propres rôles. Les vies défilent et l’authenticité des propos cèle une émotion vive. The Rider irradiait déjà d’une cinématographie sublime et d’une métaphysique assourdissante. Ici, la maestria Chloe Zhao est la même et ô combien touchante, portée cette fois par la partition épurée de Ludovico Einaudi. À bien des égards, Nomadland se lit comme la quête initiatique de Fern au pays des oiseaux rares des bords des routes.

Un film qui se mêle au grand mythe américain de la route. Et il fallait au moins la madone McDormand pour faire de Nomadland un chef-d'œuvre immédiat. Une icône discrète, associée à jamais à certaines des plus belles heures du cinéma américain. Aussi productrice, elle s’impose ici comme une évidence. Magistrale en solo, bouleversante quand elle tente de refaire sa vie aux côtés de David Strathairn; et puis il y aura Bob Wells et son désormais célèbre «See You Down The Road» alors qu’il se confie sur la disparation de son fils. Nomadland est une ode à la sobriété du 7ème art, aux ermitages éternels et aux vagabonds romantiques. D’avoir vécu aux côtés de Frances McDormand, Nomadland vous hantera et pour longtemps.

14.06.2021

5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 8 mois

Ce film comporte beaucoup de très belles images. Mais émotionnellement il ne m'a pas touché. Le personnage de Fern, très bien interprété par Frances Mc Dormand, est totalement hermétique. Elle ne laisse rien passé et ça m'a gêné. Par moment j'ai presque failli m'ennuyer tant par les dialogues que par les longs silences. (G-29.08.21)Voir plus


TOSCANE

il y a 9 mois

J'attendais ce film pour revoir Frances McDormand (Three Billboards) qui a reçu l'Oscar de la meilleure actrice. L'univers de ce film m'a beaucoup intéressée, mais pas passionnée. L'errance de ces oubliés de l'Amérique ressemble à toutes les errances de tous les oubliés du monde, nous rappelle leur humanité, leur force, leur courage. Et pour certains une presque heureuse façon de vivre dans la fraternité et la liberté.Voir plus


CineFiliK

il y a 10 mois

“Home”

Suite à la perte de son travail et le décès de son mari, Fern se retrouve à sillonner les routes dans son van aménagé en quête de petits boulots. Elle y rencontre une communauté de nouveaux nomades.

Lorsqu’une usine ferme ses portes, c’est parfois la ville entière qui disparaît. Et des vies humaines en partance ou laissées de côté. Certaines n’ont d’autre choix que de migrer vers des contrées plus accueillantes en logeant dans leur véhicule. Mais il y en a, plus âgées pour la plupart, qui ont préféré cette existence mobile afin d’échapper aux contraintes d’une société assujettie à la concurrence et au roi dollar. Retour ainsi à la nature dans des paysages immenses de l’Ouest américain où seul le ciel marque une limite. La solidarité prend le relais, encourageant l’entraide, le troc et le strict minimum matériel. Un sentiment intense de liberté qui a malgré tout son prix. Exiguïté, incertitude, manque d’hygiène, grand froid. Un problème mécanique ou de santé et c’est tout un équilibre fragile qui vacille. Sans négliger la solitude ressentie et l’éloignement des proches qui n’ont pas suivi.

Un sujet fort dans lequel Chloé Zhao nous immerge en mélangeant fiction et documentaire. Le voyage de Fern est également intérieur face aux différents deuils qu’elle doit digérer. En s’appuyant sur les épaules solides de Frances McDormand, la réalisatrice va à la rencontre de figures vraies et marquées qui nous partagent leur quotidien en marge. Et l’on prend le temps de les écouter. Pas de panneaux de la colère ni de violence gratuite le long de cette route sinueuse, mais des êtres cabossés qui ont su transcender leurs drames intimes pour s’épanouir et réaliser quelques rêves ultimes. Un film souvent contemplatif et silencieux qui redessine les contours de la famille et questionne la définition du mot « maison » : est-ce un lieu purement physique ou un précieux que l’on porte en soi ?

(8/10)Voir plus

Dernière modification il y a 10 mois


Autres critiques de films

Doctor Strange in the Multiverse of Madness

Les Animaux Fantastiques: Les Secrets de Dumbledore

Le secret de la cité perdue

The Duke