Chacun chez soi France 2020 – 84min.

Critique du film

Chéri, j'ai rappelé les gosses!

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Réalisatrice de Brillantissime, Michèle Laroque passe une nouvelle fois devant et derrière la caméra pour nous conter une petite comédie tirée au cordeau, celle d’une famille au bord de la crise de nerfs alors qu’Alice de Lencquesaing, future thésarde et trentenaire, débarque chez papa maman avec son conjoint. La collocation ne sera pas de tout repos.

Un malheur n’arrive jamais seul et les enfants non plus... Alors qu’Anna (Alice de Lencquesaing) s’apprête à rendre sa thèse en science politique et que son conjoint perd son emploi, le couple est contraint de rendre son appartement. Et sans plus attendre, les voilà de retour chez papa maman au milieu d’un mariage qui bat de l’aile. Alors entre Yann (Stéphane De Groodt), fasciné par ses bonsaïs et déprimé depuis la vente de son entreprise, et Catherine (Michèle Laroque) qui attend inexorablement son tour du monde, l’ambiance n’est pas au beau fixe. La petite famille devra réapprendre à vivre ensemble.

Marchant dans les pas de sa précédente réalisation, Michèle Laroque, madone tant appréciée de la télévision française, signe une nouvelle comédie familiale. Un format rafraîchissant rappelant les fameux boulevards du théâtre bourgeois à la française, pour nous chanter la complainte d’une famille aux abois lorsque les enfants débarquent à la maison. D’un coup d’un seul, c’est le branle-bas de combat pour ce couple de parents, interprété par Michèle Laroque et Stéphane De Groodt, qui se plaisent à détester leur fille et son conjoint. Enfant un jour, enfant toujours; entre les fringues qui trainent et les tasses de café oubliées, la petite famille se piétine tendrement. La promesse d’une jolie surprise? Rien n’est moins sûr.

Avec son coauteur Julien Colombani, Michèle Laroque rabote les bords du réel pour n’en garder qu’une surface lisse et pâlotte. Le duo épuise les clichés les plus insensibles et révèle une comédie qui aime mettre ses contemporains dans des petites cases préfabriquées. Le titre aurait dû nous mettre la puce à l'oreille. Dans un micmac de gags un peu datés pour un pot de Nutella ou un maillot collector de France 98, le casting brille en demi-teinte et ce jusque dans ces rôles secondaires. Chacun chez soi n’est qu’une pâle tirade qui peine à tenir son, pourtant très court, format d’1h20. De rire sans esprit, Chacun chez soi manquera d’autodérision, d’insolence et de fantaisie pour véritablement convaincre. Il reste le belge Stéphane De Groodt, capable d’élever chacune de ses répliques.

31.05.2021

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 10 jours

Bof ! Ce film est insuffisant et semble ne pas être fini sur tous les points. C'est une ébauche sur un sujet qui aurait mérité de s'y attardé pour le peaufiner. Laroque fait du "ILS S'AIMENT" mais sans le talent de Palmade pour l'écriture. De Groodt est très bien avec ce qu'on lui a donné comme dialogue. Bref, c'est un film très moyen. (F-08.06.21)Voir plus

Dernière modification il y a 9 jours


Autres critiques de films

Nomadland

Mortal Kombat

Cruella

The Father