Le roi lion Etats-Unis 2019 – 118min.

Le roi lion

Critique du film

Le retour du roi désincarné

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Disney propose une relecture (du moins visuelle) de l’un de ses films phares. Chef-d’œuvre de l’animation, Jon Favreau reprend la balle au bond, lui-même à la réalisation du Livre de la Jungle (2016). Alors, réussite ou raté ?

Classique de 1994, Le Roi Lion revoit sa copie et retrouve son éclat d’antan à travers la vision de Jon Favreau. Nouveau cheval de bataille des studios Disney, cette obsession de retraverser les histoires légendaires grâce à la méthode du live-action, nous replongeant ici dans le destin de Simba, jeune lionceau déserteur après la mort de son père Mufasa, froidement abattu par Scar. Jon Favreau ne touche à rien, ravive les souvenirs d’enfance des uns et les souvenirs tout court pour les autres avec une rigueur et un respect pour l’œuvre originale. Pas de nouveauté, juste une mise en scène immersive avec un travail monstrueux en images de synthèse.

Pari technique réussi haut la main, la suite s’avère plus scabreuse. Car la savane, «râpée» par les chaleurs étouffantes et les animaux qui foisonnent dans ce paysage à couper le souffle, nous rappelle de lointains souvenirs, de beaux souvenirs certes, mais déjà vus. Surtout, un cruel manque d’émotions et d’incarnation. Les animaux, parfaitement digérés et développés dans Le Livre de la Jungle, sont laissés-pour-compte. Car oui, les comparaisons sont inévitables. On se souvient du visage démoniaque d’Idris Elba derrière les traits de Shere Khan. Cette fois-ci, moins de «vie», moins d’expressions, moins de personnalité, et c’est bien dommage.

La percée dans la savane s’élève surtout à travers l’excellent trio Timon-Pumbaa-Simba. Les joyeux lurons emmènent le futur roi à travers une forêt regorgeant d’animaux. Les antilopes, éléphants, ou d’autres espèces exotiques viennent peupler une faune visuellement sublime. Un véritable safari qui ne parvient quand même pas à nous embarquer pleinement dans la magie du film de 1994. La faute à une relecture trop sage, insatisfaisante.

Là où Aladin avait profité de mettre en avant un personnage féminin plus affirmé, Le Roi Lion reste très en retrait, ne se permet que très peu d’écart. De légères mesures pour approfondir des personnages - on pense à la cheffe de meute des hyènes, Shenzi -, donnant un peu de relief à certains personnages du Disney original. L’apport plutôt terrifiant de Scar, porté par la voix caverneuse et charismatique de Chiwetel Ejiofor, parvient à donner un coup de fouet intéressant à l’histoire, trop sûre de ses qualités visuelles indéniables.

En bref!

15 ans plus tard, nos yeux écarquillés devant cette prouesse visuelle et technique. Le Roi Lion n’a pas pris une ride, certes, plutôt une bonne dose de réel. Néanmoins on s’attendait peut-être à une plus grande prise de risque. Un air de déjà-vu qui a tendance à nous interroger sur le véritable intérêt de remettre au goût du jour Le Roi Lion. Sur le plan de l’image et de la technique, le résultat vaut le détour. Dans le costume du remake, il faudra repasser.

16.07.2019

2.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Tutur_2007

il y a 14 jours

L’adaptation du dessin animé au filme a été réussie avec succès. Les parties culte sont respectée et rien n’a été bâclé. Je recommande


CineFiliK

il y a 20 jours

“RRRrrrr!!!”

La savane entière s’incline devant le petit Simba, fils de Mufasa et futur roi lion. Dans l’ombre, l’oncle Scar lui prédit un autre destin.

La technologie inédite ne peut qu’impressionner. L’effet de réel est tel qu’un temps d’adaptation s’avère presque nécessaire. Entre le film d’animation et le documentaire animalier, la frontière disparaît. Ainsi, la gêne opère quelque peu quand l’animal devient clown ou se met à fredonner. Mais on rugit aussi d’un plaisir nostalgique qui nous ramène 25 ans plus tôt, quand le 43e long-métrage de Disney marque toute une génération. Afin de se rapprocher au plus près de l’original, toute envolée créative est évitée en faveur d’une fidélité plan par plan. Si la musique et les chansons ont été réenregistrées, avec l’ajout « spirituel » de Beyonce pour juste briguer l’Oscar, rythmes et paroles sont les mêmes. Pas de quoi bouleverser un public d’habitués qui aura l’impression de feuilleter le bel album photo d’un safari fastueux tiré sur du papier glacé.

6.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


Eric2017

il y a 23 jours

Ce film est un dessin animé ! Prouesse technique que cette version du Roi Lion mais si parfaite que ça m'ennuie de ne pas avoir retrouvé totalement la magie de l'original datant de 1994 et surtout celle de la musique. A part ça, la version française et à part la voix inégalable de Jean Reno, le doublage me semble inadapté. Mais bon je suis peut-être trop nostalgique. Malgré tout c'est un beau film et il est à découvrir pour toutes les nouvelles générations. (F-25.07.19)Voir plus


Autres critiques de films

Once Upon a Time... in Hollywood

Toy Story 4

Fast & Furious: Hobbs & Shaw

Comme des bêtes 2