Pavarotti Royaume-Uni, Etats-Unis 2019 – 114min.

Communiqué de presse

Pavarotti

Il a conféré aux notes une profondeur touchante et offert à l'opéra une existence en marge de la scène. Fils d'un boulanger de Modène, dans le nord de l'Italie, le «ténor du siècle» Luciano Pavarotti connaît une ascension lente mais constante faisant tout d'abord de lui le chanteur favori des opéras puis, peut-être, la plus grande popstar de la musique classique, ce à quoi sa personnalité avenante et joyeuse a sans doute contribué. Après des films sur les Beatles et Jay-Z, le réalisateur Ron Howard se consacre à nouveau à la musique et s'attaque pour la troisième fois à un mythe à l'aide de photos et de vidéos d'archives privées fascinantes ainsi que de nombreux enregistrements de concerts. Il nous entraîne vers un voyage saisissant dans les coulisses et sur la scène de la carrière exceptionnelle de Pavarotti et montre comment le ténor décédé en 2007 est parvenu - et parvient toujours - à transporter l'opéra dans le monde entier.

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 28 jours

Cet homme avait un coeur en accord avec sa corpulence ! Sa générosité exceptionnelle faisait qu'il a été aimé de tant de personnes. Mais surtout sa voix incomparable et son talent d'acteur ne peut que nous faire aimer l'opéra. Et quelle merveilleuse idée de faire connaître l'opéra en donnant des récitals. Un documentaire émouvant sur ce "Dieu" de l'opéra. (G-13.10.19)Voir plus


vincenzobino

il y a 1 mois

L’élixir d’amour
1961: un jeune ténor nommé Luciano Pavarotti vient de donner son premier concert. Une légende venait de naître, avec son coeur gros comme ça et aussi sa faiblesse pour la gente féminine. Nous suivons son parcours durant plus de 30 ans.
Le voici donc ce retour de Ron Howard et cet hommage attendu par tous les amateurs du bel canto. Si, et uniquement si, vous en êtes, je vous invite à ces retrouvailles.
Le documentaire est divisé en deux points précis : l’inspiration du Maestro (car bien que ne maniant pas la baguette, il en était un) et son rôle familial. Ce second point va sans doute irriter tant ses détracteurs adeptes de torchons people que les puristes agacés par ce rappel extra musical.
Mais tout le monde sera réconcilié sur l’aspect musical où les tous grands moments tant classiques que pop nous sont proposés avec interview de bon nombre de protagonistes mélangés aux témoignages des deux femmes de sa vie.
A titre personnel, c’est par le documentaire Pavarotti en Chine que je découvris le ténor. Un extrait indirect de l’une des séquences fortes de ce périple illustre mon titre : Pavarotti aimait les gens et leur offrir avec générosité ce qu’ils pouvaient attendre. Et le contraste entre l’aspect musical et le rôle paternel est remarquablement retranscrit.
Petit regret personnel : je trouve dommage que l’origine de l’idée du documentaire ne soit jamais démontrée et que l’on ait aucune notice du réalisateur de Horizons lointains. Mais je recommande cette mixture musicale à tous les mélomanes...Voir plus


Autres critiques de films

Joker

Le Mans 66

Midway

Retour à Zombieland