Pavarotti Royaume-Uni, Etats-Unis 2019 – 114min.

Pavarotti

Critique du film

Une enclave privilégiée dans la vie de Luciano Pavarotti

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Père des illustres Apollo 13 ou encore A Beautiful Mind, Ron Howard s’attaquait dès 2016 aux histoires de rockstar en nous comptant celle des Beatles dans un documentaire, passable dans sa forme, mais porté par la formidable énergie des 4 fantastiques de Liverpool. Même recette pour Pavarotti, une facture effacée, mais une vie époustouflante qui vaut bien un détour.

Fils de ténor, il sera ténor à son tour; une vie d’opéra. ll a offert à son art une existence en marge de la scène, rockstar parmi les rockstars. Le réalisateur Ron Howard s’attaque à l’incroyable histoire du “King of the High C's” comme ils disent, le Caruso de notre temps. Ici, Luciano Pavarotti se dévoile tendrement, intimement au travers d’images d’archives et de témoignages de ses proches.

Sa mère disait de sa voix qu’elle avait le don de percer les coeurs, qu’elle avait cette chose de spécialement fabuleuse. Un compliment qu’elle ne fit jamais à son père, nous confie Luciano non sans humour. Alors sur les conseils attentionnés de la bonne mère, l’enfant de Modena décide d’y consacrer sa vie. Un concours remporté avec une chorale masculine aux côtés de son père et puis le destin s’emballe avec la fougue d’un roman. En 1963, on lui propose de remplacer le ténor Giuseppe Di Stefano et le public du Royal Opera House à Covent Garden est estomaqué; une star est née dans les entrailles de Londres. D’aucuns le disent béni des dieux, d’autres parlent d’une technique effroyable. Il est de ces artistes à la générosité gargantuesque, un passionné, un artisan du chant à la foi contagieuse, et son sourire aussi, inratable.

Une voix capable de vous écorcher au pied levé; dans son dernier acte, Pavarotti clôture chez Puccini, un «Vincerò!» foudroyant et une envolée qui appartient à l’histoire pour vous accrocher les tripes en tomber de rideau. Bien vu Ron Howard, vous signez là une sacrée sortie. Si la vie de Luciano Pavarotti vous emporte, c’est d’être une aventure exaltante, de celles qu’il chantait si bien. Ron Howard dévoile un joli montage d’archives et d’entretiens. Une facture qui s’efface pour laisser à l’artiste toute l’envergure de son existence. Modeste et élégant dans sa narration, Howard propose aussi un plongeon dans les arcanes de ses concerts et de la production musicale, d’une signature chez Decca Records, aux confidences des Three Tenors, ou la genèse de «Miss Sarajevo» chantée avec Bono en septembre 1995. La bonhomie légendaire de Luciano Pavarotti est rendue ici dans un écrin enlevé, gorgé de louanges, mais d’une tendresse contagieuse, pour une parenthèse enchantée dans la vie de l’artiste.

En bref!

Il semble délicat de rater son sujet tant l’artiste est admirable, après les Beatles, Ron Howard signe un tendre documentaire en hommage à la vie fabuleuse de Luciano Pavarotti. Tendre et émouvant.



07.10.2019

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 1 mois

Cet homme avait un coeur en accord avec sa corpulence ! Sa générosité exceptionnelle faisait qu'il a été aimé de tant de personnes. Mais surtout sa voix incomparable et son talent d'acteur ne peut que nous faire aimer l'opéra. Et quelle merveilleuse idée de faire connaître l'opéra en donnant des récitals. Un documentaire émouvant sur ce "Dieu" de l'opéra. (G-13.10.19)Voir plus


vincenzobino

il y a 1 mois

L’élixir d’amour
1961: un jeune ténor nommé Luciano Pavarotti vient de donner son premier concert. Une légende venait de naître, avec son coeur gros comme ça et aussi sa faiblesse pour la gente féminine. Nous suivons son parcours durant plus de 30 ans.
Le voici donc ce retour de Ron Howard et cet hommage attendu par tous les amateurs du bel canto. Si, et uniquement si, vous en êtes, je vous invite à ces retrouvailles.
Le documentaire est divisé en deux points précis : l’inspiration du Maestro (car bien que ne maniant pas la baguette, il en était un) et son rôle familial. Ce second point va sans doute irriter tant ses détracteurs adeptes de torchons people que les puristes agacés par ce rappel extra musical.
Mais tout le monde sera réconcilié sur l’aspect musical où les tous grands moments tant classiques que pop nous sont proposés avec interview de bon nombre de protagonistes mélangés aux témoignages des deux femmes de sa vie.
A titre personnel, c’est par le documentaire Pavarotti en Chine que je découvris le ténor. Un extrait indirect de l’une des séquences fortes de ce périple illustre mon titre : Pavarotti aimait les gens et leur offrir avec générosité ce qu’ils pouvaient attendre. Et le contraste entre l’aspect musical et le rôle paternel est remarquablement retranscrit.
Petit regret personnel : je trouve dommage que l’origine de l’idée du documentaire ne soit jamais démontrée et que l’on ait aucune notice du réalisateur de Horizons lointains. Mais je recommande cette mixture musicale à tous les mélomanes...Voir plus


Autres critiques de films

La reine des neiges II

Le Mans 66

Joker

Doctor Sleep