Les Crevettes Pailletées France 2019 – 100min.

Les Crevettes Pailletées

Critique du film

La bande de crustacés prend l’eau

Emma Raposo
Critique du film: Emma Raposo

Après avoir séduit au dernier Festival de l’Alpe d’Huez en remportant le prix spécial du jury, la comédie dramatique réalisée par le duo Cédric Le Gallo et Maxime Govare s’apprête à inonder les salles obscures de ses slips de bains à paillettes et blagues un rien vaseuses. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ça prend l’eau de tous les côtés.

Mathias Le Goff, vice-champion du monde de natation, a eu la mauvaise idée de tenir des propos homophobes. Pour sauver les apparences, la Fédération de natation l’assigne à une tâche des plus cocasses : coacher une équipe de water-polo gay en vue d’une qualification aux fameux Gay Games prévus en Croatie. Un pari pour le moins ambitieux au vu du peu d’enthousiasme de Mathias et du piètre niveau de la « dream team », sobrement auto-prénommée « Les Crevettes pailletées ». Entre beuveries et sessions drague, les crevettes jouent au water-polo aussi bien que Stéphanie de Monaco chante. Un challenge de taille qui va pourtant permettre à Mathias de revoir ses jugements et par la même occasion ses priorités.

Il y a eu Le Grand Bain et ses chorégraphies de natation synchronisée en 2018. Place au water-polo et son équipe de crustacés en 2019, équipe qui, soit dit en passant, a réellement existé. Toujours dans une piscine mais pour des raisons différentes, la tragi-comédie aborde le sujet épineux de l’homophobie. Mais d’abord, « pourquoi les crevettes ? Parce que le meilleur c’est la queue ». La réplique résume à elle seule l’esprit du film. Sous des faux airs d’auto-dérision, la cascade de clichés baignant dans une histoire désespérément prévisible font de ce film une énième comédie feel good à des années lumières de susciter l’intérêt.

Quant aux personnages, emmenés par les acteurs Nicolas Gob et Alban Lenoir censés refléter la diversité homosexuelle, ils pataugent dans un scénario qui boit la tasse. Bien trop caricaturaux car, à en croire le film, les gays se déhanchent tous comme Ariane Grande, passent leur temps à picoler, prendre des ecsta, faire la fête et draguer sur smartphones. Un portrait un tantinet réducteur. Sur fond d’homophobie, le message de tolérance et cohésion véhiculé perd donc toute crédibilité malgré son bien-fondé. Alors que l’intention était loin d’être mauvaise, le résultat s’avère plat et sans relief, le film pêche par manque de consistance dans le fond et manque cruellement de modernité sur la forme.

En Bref !

Une histoire cousue de fil blanc et dégoulinante de clichés. On n’a ni ri, ni pleuré, mais un peu bâillé. Lancez la bouée de sauvetage, ça coule à pic !



06.05.2019

1.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Loutre07

il y a 3 mois

Comédie rafraichissante et dynamisante, jmême s'il y a qq défauts cinématographiques, j'ai adoré.


Eric2017

il y a 4 mois

Le film commence assez bien. Malheureusement il s'enferme assez vite dans la caricature et les plaisanteries un peu lourdingues et malheureusement frise parfois le grotesque. Néanmoins, on rit et c'est sympa, sans plus. (G-12.05.19)


Autres critiques de films

ÇA Chapitre 2

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood

Late Night