Downton Abbey Royaume-Uni, Etats-Unis 2019 – 122min.

Downton Abbey

Critique du film

C'est la foire à Downton Abbey

Peter Osteried
Critique du film: Peter Osteried

Après les six saisons de la série britannique, Downton Abbey se dévoile au cinéma. Déjà quelques exemples par le passé, mais rarement nous avions vu une déclinaison aussi rapide, près de trois ans après le final de la série. Julian Fellowes scénariste de la série se retrouve ici à la barre du scénario du film, alors que l’américain Michael Engler, qui avait mis en scène quatre épisodes de la dernière saison, s’installe sur la chaise du réalisateur.

A Downton Abbey, c'est le branle-bas de combat alors que le couple royal d’Angleterre s’est annoncé pour rendre hommage à la maison de Grantham. Pour leur excellence il faudra préparer repas et galas d’honneur, mais le comte de Grantham n’est pas sûr de pouvoir être à la hauteur des péripéties royales. Les domestiques, eux aussi, ne semblent que très mollement convaincus, alors qu’ils devront cohabiter avec le personnel royal venu spécialement de Buckingham Palace et que le domaine est sujet à la transition.

A la surprise générale, Downton Abbey est devenu un film bien plus moderne que ce à quoi nous pouvions nous attendre. En effet, Michael Engler dépeint une famille en transition, une terre, un monde en proie à quelques bouleversements, les vestiges d'un empire britannique qui allait bientôt diminuer encore, et l’on ne peut s'empêcher d’y voir un parallèle avec le destin de l'actuelle Grande-Bretagne. On retrouve la patte d’un narrateur sensible et qui a du flair non seulement pour ses personnages, mais aussi pour leur milieu. Un pari réussi pour le scénariste Fellowes.

Michael Engler conçoit une trame narrative autour de la lutte des classes (même à l’intérieur des dites «classes»). La haute noblesse, d’un côté, de l’autre la bourgeoisie et plus en arrière encore leurs domestiques; tout ce petit milieu s’échine pour le bien être royal. Un éternel conflit vertical aux pérégrinations hiérarchiques intéressantes servies ici dans un écrin très british et pensées avec soin. Peut-être que Downton Abbey posera un regard trop humain sur cette fanfare, mais il n’en reste pas moins l’affreux miroir d’une, ou de notre, époque.

Downton Abbey est devenu un beau film qui aurait sans doute mérité plus d’espace pour donner à la galerie de personnages toute l’ampleur qu’elle mérite. En effet, le film va vite, là où une saison entière aurait permis d’explorer chacun des recoins de l’histoire. Alors aussi agréable soit le film, il nous vient une idée, sans doute aurions-nous quand même préféré découvrir une septième saison de Downton Abbey.

24.09.2019

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

lnde3

il y a 5 jours

Un pur bonheur pour les fans la série


vincenzobino

il y a 12 jours

Aux frontières de l’irréel
1927: Downton Abbey est en effervescence : le couple royal est effectivement attendu pour le week-end et une visite avec parade, repas et bal. L’occasion pour la famille Crawley de se mettre en évidence... et pour certains opposants à la souveraineté de tenter un coup d’éclat.
Le voici donc ce film spin-off de la série éponyme. Très curieusement je n’avais que superficiellement suivi le déroulé de la saga mais de nombreux avis me poussèrent à tenter l’expérience. Je leur en suis reconnaissant.
S’identifier aux personnages représentait ma principale crainte de ne pas comprendre tous les liens, mais le mérite du film, contrairement à la version cinéma de X-Files, est de nous servir une satire pure sur la royauté... et surtout son entourage avec des thématiques « schocking » évoquées, un humour jouissif et surtout des comédiennes exceptionnelles, particulièrement Imelda Staunton et surtout Maggie Smith qui, je suppose, va en bouleverser plus d’un fan. Et surtout, on ne voit pas le temps passer et ne regrette pas ce survol, à l’image du dernier plan.
A recommander et en VO bien sûr...

PS: @Eric: pareil pour moi et notamment les saisons 1 et 6 selon un avis lu d’une fan...Voir plus


Eric2017

il y a 14 jours

Je n'ai vu aucun épisode de la série et j'ai beaucoup aimé ce film de 120 minutes tourné dans une ambiance parfaitement British. Beaucoup de petites intrigues se mêlant au jeu du pouvoir et des confidences le tout dans ce magnifique château. Ça m'a vraiment donné l'envie de découvrir la série. (G-29.09.19).Voir plus


Autres critiques de films

Joker

Gemini Man

Abominable

Angry Birds : Copains comme cochons