Valerian et la cité des milles planètes France 2017 – 137min.

Valerian et la cité des milles planètes

Critique du film

Valerian et la cité des milles planètes

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Au 28ème siècle, Valérian (Dane DeHaan) et Laureline (Cara Delevingne) forment une équipe d'agents spatio-temporels chargés de maintenir l'ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur la cité intergalactique Alpha - une métropole où des espèces venues de l'univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Mais un mystère se cache au coeur d'Alpha, une force obscure qui menace l'existence paisible de la Cité des Mille Planètes.

VALÉRIAN ET LA CITÉ DES MILLE PLANÈTES est un film vitrine, aux prétentions d’avant-gardes mais résolument dans son époque lorsqu’il dézingue ses quelques bonnes idées dans un dégorgement de beau, de pop et de sexy. Le matraquage de 3D assomme les acteurs et la magie propre à la science-fiction. Il restera cependant la première heure, époustouflante, mêlant anticipation et delirium sci-fi génial. Mais c’est le sentiment d’un martelage par l’image qui chagrine. Une opulence imaginative qui trouve ses limites lorsqu’elle brouille l’histoire, la poésie et l’humour pourtant présents. Dans ce registre, Ethan Hawke en maquereau intergalactique et Alain Chabat méconnaissable en sous-marinier vernien surclasse le casting. Mais il faudra se farcir la longueur (2h30) et une intrigue qui tire les ficelles du genre. Le nouveau Luc Besson est une virgule cinématographique sans précédent dans l'histoire du cinéma français mais provoquera un enthousiasme vanille-chocolat, entre deux eaux, un peu visionnaire, unique, mais compulsif et maladroitement fleur-bleu.

26.07.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

seemleo

"Valérian" commence très fort. Une civilisation proche d'un paradis terrestre est peinte fastueusement avec une esthétique très réussie. L'histoire se déploie pendant deux heures avec une foison de scènes riches visuellement. Le réalisateur Besson et ses équipes excellent dans l'exercice. Un film pourtant s'appuie avant tout sur un scénario. Celui des Mille Planètes n'est pas mauvais. Une oeuvre cinématographie s'articule ensuite autour de la richesse des dialogues et c'est certainement là le point le plus faible du scénariste Besson. Aucun relief, peu de finesse, un humour lourd et des personnages secondaires sans aspérité. Mais où notre réalisateur/producteur aurait pu faire beaucoup mieux et je lui trouve peu d'excuses, c'est dans le choix des acteurs. Si Dan DeHaan est passable Cara Delevingne qui n'avait rien prouvé en jouant la méchante dans Suicide Squad, plombe littéralement le film par son absence complète de charisme, une fois admiré sa plastique parfaite. Un ratage inimaginable pour une production pareille, incapable de se payer un bon directeur de casting. A se niveau de production et de réalisation ce sont des erreurs impardonnables. Pas étonnant en fait que l'oeuvre a très mal démarré aux States. Ce n'est pas seulement dû à un marketing chevrotant mais bien aussi à un film qui n'est pas à la hauteur de ce qui se fait de mieux dans le genre.

Voir plus

Valerian et la cité des milles planètes 2

CineFiliK Excellent

“L’élément manquant”

Le Major Valérian reçoit un signal étrange d’une origine inconnue qu’il n’a le temps d’analyser. Accompagné de Laureline, sa complice bien-aimée, il est mandaté par le ministre de la Défense pour récupérer au marché noir une rareté. Le dernier spécimen d’une espèce disparue sur lequel repose l’avenir des habitants de la planète qui l’ont contacté à l’origine.

Que ceux qui n’ont pas été bercés par l’univers scénaristique et graphique de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières soient avertis. Adoubés par les auteurs de la bande dessinée pour son esprit fidèle, Luc Besson s’en va prêcher les convertis et en oublie les néophytes. Après un prologue au didactisme enjoué sur le Life on Mars de David Bowie, il se refuse de présenter son couple d’agents spatio-temporels, au stade déjà de la demande en mariage. Pas sûr d’être convié à l’événement futur… La suite est un enchaînement de scènes cumulant les courses-poursuites genre jeux vidéo, un comique peu drôle et des personnages sans épaisseur. Le pauvre grand méchant désigné est si insignifiant qu’il finit par gesticuler au bout d’une liane en quête sûrement de lignes de dialogue supplémentaires. Visuellement, l’aspect androgynique des Pearls, avatars réussis des Na’vi, séduit. Dommage que leur planète ne dépasse pas le créatif d’un catalogue pour les Maldives. Le film le plus cher du cinéma français ne lui fera pas honte par son élan régressif, mais que de manques pour qu’il atteigne l’inoubliable.

5.5/10

Dernière modification: August 10, 2017 08:22

Voir plus

Valerian et la cité des milles planètes 2

Membre supprimé.

Un bon film de divertissement. Côté visuel c'est magnifique, scénario d'action classique, mais côté émotions c'est le vide sidéral. Les deux héros sont inexpressifs, les sentiments semblent artificiels, les différents personnages ne nous font pas vibrer. Un beau spectacle . . . sans saveurs.

Valerian et la cité des milles planètes 0

Autres critiques de films

Dunkirk

Moi, moche et méchant 3

La Planète des Singes - La Suprématie

La tour sombre