Spider-Man: Homecoming Etats-Unis 2017 – 133min.

Spider-Man: Homecoming

Critique du film

Spider-Man: Homecoming

Critique du film: Geoffrey Crété

Après avoir apporté son aide à Iron Man, le jeune Peter Parker rêve de rejoindre les Avengers. Déterminé à impressionner Tony Stark, qui lui a laissé un costume high tech, il se lance dans ses propres missions à travers la ville afin de prouver sa valeur. Mais Peter comprend vite que son mentor a d’autres priorités. Lorsqu’il croire un mystérieux Vautour, un ennemi doté d’armes étranges, il décide de se lancer seul à sa poursuite, persuadé que ce sera l’occasion pour Spider-Man de briller.

Spider-Man, troisième. Après la belle trilogie de Sam Raimi avec Tobey Maguire et les deux films de Marc Webb avec Andrew Garfield, l’homme-araignée est de retour sous un nouveau visage, pour une version affiliée aux Avengers. Apparu pour la première fois dans Captain America : Civil War, le super-héros désormais incarné par Tom Holland a droit à une aventure solo, encadrée pour Iron Man pour surfer sur le succès de Marvel – un accord entre le studio et Sony a permis à ce film de se faire. Bilan des opérations : un blockbuster carré, bien ficelé, qui brille plus par son humour (la partie au lycée, avec la troupe de jeunes acteurs) que par ses scènes d’action (dénuées d’imagination et peu marquantes). Le réalisateur Jon Watts semble plus concerné par les mésaventures légères de son héros adolescent, ainsi que ses petits camarades, que par les envolées spectaculaires du super-héros, filmées sans grande passion et visuellement très plates. Si Spider-Man : Homecoming est sympathique, c’est donc parce qu’il raconte les aventures d’un Peter Parker jeune dans une ambiance de teen movie. C’est loin d’être aussi touchant et ébouriffant que les films de Sam Raimi, mais c’est nettement moins fade que The Amazing Spider-Man.

10.07.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

seemleo

Rembobinage et rebelote. SpiderMan 15 ans avec sa tante sexy et son pote gras double veut devenir un Avenger. Il en pince pour une jolie métisse qui ne sait évidemment rien de son double rôle. Intrigue de base identique sans répétition aucune en regard des deux autres reboots. Humour à tous les étages, réalisation plaisante. La conversion "Marvel-Walt Disney" est réussie. Notre héro pourra participer au tiroir caisse de Iron Man et consort dans un futur proche. Bravo au tour de passe passe des majors d'hollywood. Cela s'appelle synergie et coopération win-win. Espérons que ce sera le cas surtout pour le spectateur.

Voir plus

Spider-Man: Homecoming 4

Autres critiques de films

Barry Seal - American Traffic

À bras ouverts

It

Mother!