Quand on a 17 ans France 2016 – 116min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

10

5

1

3

0

4.2

19 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

chriscdf

il y a 4 ans

Une passion violente. Un jeu d'acteur subtil. Un excellent film.


TOSCANE

il y a 4 ans

Après LES ROSEAUX SAUVAGES une autre histoire d'amour et d'adolescents. Violente passion. De nouveaux et jeunes acteurs déjà excellents. Un très bon film.


seemleo1

il y a 5 ans

Après avoir vu beaucoup de films hexagonaux standardisés de l' école petite lucarne, on mesure l'abîme qui sépare en terme de mise en scène "quand on à 17 ans" à "médecin de campagne" par exemple.

Le réalisateur est au mieux de sa forme. Il s'est bonifié et a muri son propos. L'oeuvre est aboutie avec une construction narrative musclée. Le thème abordé n'est vraiment pas facile, pourtant il n'y a aucun cliché, aucune fausse note, aucun dérapage. Le scénario nous gratifie des variantes plus attendues dans la bouche des protagonistes qui imaginent ce qui pourrait se passer sous forme de boutade. C'est un procédé bien trouvé.

Grand coup de chapeau à André Téchiné pour ce petit bijou avec des acteurs habités et un Kacey Mottey Klein qui se prépare une belle et grande carrière, si il continue un tel cheminement.Voir plus


hal11

il y a 5 ans

Le film met du temps à démarrer, on sent que le réalisateur a choisi de longuement poser le décor et ses personnages. C'est peu habituel à une époque où la plupart des long-métrages ne laissent plus le spectateur souffler en cumulant les scènes d'action et/ou les rebondissements. Du coup je me suis resté un peu sceptique durant les 60 premières minutes, me demandant si je n'avais pas simplement à faire à un film "ennuyeux". Mais la deuxième partie m'a totalement convaincu et au final j'ai beaucoup apprécié cette histoire présentée sans clichés, sans manichéismes et sans jugement. De plus les acteurs sont bons et les paysages nous en mettent plein la vue.Voir plus


aude86

il y a 5 ans

C'est un film qui réunit plusieurs histoires d'amour, tranches de vie, sincères, intenses et touchantes, dans un décor magnifique. Les acteurs sont parfaits, le personnage et l'interprétation de Sandrine Kiberlain donnent un peu d'espoir et de légèreté aux situations parfois complexes et violentes vécues par les deux jeunes protagonistes.Voir plus


fabacg

il y a 5 ans

Film très calme, trop calme... peu de mouvement.... Bonne interprétation des acteurs....
Scène finale de sexe inutile..... Dommage


CineFiliK

il y a 5 ans

Pensée du jour : Désirer, c’est regretter une absence

Damien ne comprend pas la violence à son égard de Tom, garçon solitaire de la classe. Son trouble est encore plus grand quand sa mère décide de l’accueillir et de l’héberger. Sous le même toit, les deux jeunes s’évitent, se cherchent et se trouvent.

"On n’est pas sérieux, quand on a 17 ans", selon les vers de Rimbaud… Pourtant la vie n’est pas que tendresse et légèreté à cet âge. L’adolescence colle encore aux baskets, alors que les portes du monde adulte ne sont guère qu’entrouvertes. Tom, le métis, trime à la ferme en haut de sa montagne et dévale, tel un chamois, des kilomètres dans la neige pour rejoindre l’école. Sa famille d’adoption attend un heureux événement. Sa place serait-elle remise en cause ? A l’opposé, le blondinet Damien vit le plus souvent seul avec sa mère médecin, son père militaire étant mobilisé. Afin de se défendre, il se rêve plus grand, plus fort, et chasse ses frustrations en apprenant la boxe. L’apprivoisement réciproque des garçons passe par la lutte qui prend lieu sur les sommets dans une chorégraphie appliquée. Corps à corps, prémisse d’un cœur à cœur, entre deux chevreuils en rut. Kacey Mottet Klein continue de grandir en confirmant les espoirs mis en lui depuis qu’il fut recueilli dans le Home d’Ursula Meier. Face à lui, Corentin Fila devient lui un espoir sous le regard protecteur et séduit d’une Sandrine Kiberlain, tout en ambiguïté. Pourtant quelque chose déraisonne dans cet univers raisonné à l’image si belle, presque irréelle. Les symboles soulignés, les aléas calculés, les saisons mélangées. Une route de printemps déroute en menant au sortir d’un tunnel à un paysage de neige, on se baigne nu dans un lac en plein hiver et les tulipes soleil fleurissent à Noël. Il est vrai, le temps n’est plus, quand on est amoureux.

7/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


Watchlist