Ex Machina Royaume-Uni, Etats-Unis 2015 – 108min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

30

23

11

2

2

4.1

68 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Poletta

il y a 6 ans

seulement pour hommes...


tony771

il y a 6 ans

Un bon triller psycho qui va loin à voir.


bastre

il y a 6 ans

Film joliment organisé qui nous suprend par la scénographie en ''huis clos'' assez inhabituelle, par le beau et particulier rendu esthétique de la robot Eva, et par le personnage du génie de l'informatique au look de frère musulman.
Ceci dit il n'approfondit pas beaucoup le sujet IA et se limite à la narration détaillée de l'interaction des 3 personnages: qui a coupé l'électricité?, où est passée ma carte d'accès?, en combien de séances le geek naïf se fera rouler dans la farine?, etc... et par là je veux dire que la trame, annoncée depuis le tout début di film, se réalise avec précision implacable sans surprises ou soubresauts.
Intéressant mais un peu trop prévisible.Voir plus


seemleo1

il y a 6 ans

Ex-Machina soigne la mise-en-scène, la construction narrative autour de ses trois uniques personnages. La réflexion est intéressante, le résultat des cogitations autour de l'intelligence artificielle plutôt léger. La dramaturge est surfaite, appuyée par un lourd montage et une musique insistante. L'ensemble n'est pas vraiment abouti et parfois maladroit. Le réalisateur avec un peu plus de bouteille, pourrai nous surprendre à l'avenir.Voir plus


CineFiliK

il y a 6 ans

L’intelligence artificielle au cinéma n’est pas un sujet neuf, tant elle a inspiré nombre de réalisateurs – Kubrick, Spielberg, Scott, Cameron, Jonze, pour ne citer qu’eux –. Dès lors, difficile de révolutionner le genre. Néanmoins, ce film malin se distingue avec honneur et originalité, en optant pour un huis clos aux contours teintés d’angoisse. Doté d’une mise en scène soignée et d’une interprétation convaincante, il s’interroge sur les rapports entre humain et machine dans notre société googlisée. Qui manipule qui au final ? Aussi, à force de jouer les créateurs, l’homme ne risque-t-il pas d’agir contre nature ? A moins que ce soit une lecture féministe qui l’emporte ici, illustrée par un renversement des pouvoirs. Dieu, Adam et Ava sont dans leur Eden. Qui s’en échappera ?
7.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


lady_linn

il y a 6 ans

NE LIRE QUE SI VOUS AVEZ VU LE FILM

J'étais curieuse de voir ce qu'Ex Machina pouvait apporter de plus sur le sujet de l'intelligence artificielle.

Globalement : rien.

Car ce film ne traite pas vraiment de ce sujet (mais plutôt de la robotique). Dans Blade Runner, il s'agissait d'éliminer les replicants car les sentiments amoureux naissaient sans que leurs créateurs sachent comment et pourquoi. Dans Her, le développement de Samantha devenait exponentiel, et incontrôlable. Dans AI, l'enfant subissait le sentiment de l'attachement.
Dans Transcendance, l'idéal de l'humain devenu AI était sauvegardé.
Dans Ex Machina, Ava est à un stade primaire et peu abouti (confirmé par les interminables palabres qui assomment plus qu'il ne servent l'histoire), et Nathan l'a programmée pour qu'elle n'ait qu'un seul but : s'enfuir de la villa. Et il a choisi un parfait nigaud pour l'aider : Caleb, un homme naïf, ingénu et autant basique que le robot, qui se fait avoir en une poignée de petits rendez-vous. Ce qui nous donne le sentiment que c'était décidément bien facile pour Ava de le manipuler et de se faire la belle.

Il n'y avait pas assez de matière pour en faire un long métrage, et pas assez d'idée pour nous sortir d'un état moribond.

Deux étoiles pour la scène de la danse improbable et décalée, qui apporte la preuve irréfutable que le réalisateur ne croit pas une seule seconde à son film. Autre exemple : la mort de Nathan, bien plus 'maladroite' et risible que celle de Marion Cotillard dans Batman 3 (cela relève de l'exploit comique). Du coup, ça le rend plus sympathique (le film, pas le réalisateur).

Aucune étoile supplémentaire pour les incohérences finales : Nathan est un idiot qui n'a pas assez sécurisé son laboratoire alors qu'il est un crack informatique et donc habitué à tous les scénarios d'attaque ? Caleb s'est arrangé pour que toutes les portes soient ouvertes, sauf la sienne qui résiste on ne sait trop pourquoi ? A d'autres !Voir plus


vincenzobino

il y a 6 ans

Complétement bluffé par ce film!!!

Vu en totale inconnue, ce premier opus d'Alex Garland, excellent scénariste de la plage et 28 jours plus tard entre autres, nous propose un nouveau trip.
Et quel trip : imaginez que vous soyez un geek appelé à vivre une expérience hors pair : passer une semaine chez un savant fou très fortuné et servir d'intermédiaire entre lui et un androïde féminin à la plastique superbe, créé pour tester les rapports robots-humains, avec des sentiments...humains, d'où le blème.

Atmosphère en huis-clos omniprésent saisissant, fantastique Oscar Isaac méconnaissable et quelle performance d'Alicia Vikander ayant les traits de Natalie Portman. Et quelle issue rappelant un autre film androïde avec des réplicants.

Plus que Her, où seule l'ouïe était mise en évidence, tous nos sens sont ici testés et mis à contribution. A recommander vivement...Voir plus


joao_ze

il y a 6 ans

Un film vraiment sympas j'ai trouvais.


popoffa

il y a 6 ans

Film extrêmement décevant, très lent, avec une fin moralisante et qui laisse vraiment sur sa faim. Je déconseille ce film.


regis_m

il y a 6 ans

L'intelligence artificielle, et la numérisation de l'esprit humain, c'est un peu le sujet en vogue, souvent bien traité au cinéma (avec les inspirations littéraires et les avancées scientifiques, difficile de faire un film plat).
Pourtant, celui-ci souffre de plusieurs faiblesses : dialogues que l'on croirait écrit par un étudiant en philosophie et en cybernétique, rythme lent étouffant par instant l'intrigue, la tension et l'intérêt, acteurs pas vraiment flamboyants. Ce dernier point à son importance lorsqu'on fait le choix d'un traitement très statique. Je repense au fabuleux HER, où Joaquin Phoenix portait le film à bout de bras avec un talent surnaturel, nous faisant croire à chacune des scènes, leur insufflant une vie poétique et prenante.
Là, la vie et l'intensité font souvent défaut. Il y a, heureusement, de très belles séquences, des plans de la nature qui marquent la rétine, de belles trouvailles (que je ne mentionne volontairement pas) et finalement, une certaine cohérence tout du long. Guère de fausses notes, mais pas non plus de quoi être transcendé.
(3.5 / 6)Voir plus


Watchlist