CH.FILM

Zum Beispiel Suberg Suisse 2013 – 90min.

Critique du film

Zum Beispiel Suberg

Valérie Lobsiger
Critique du film: Valérie Lobsiger

Simon Baumann s’interroge sur l’abandon de l’agriculture et de la vie sociale dans le village de son enfance.

Suberg, 612 habitants au milieu du plateau suisse, entre Bienne et Berne. De parents soixante-huitards, fermiers bio politiquement engagés pour l’agriculture à taille humaine, le jeune cinéaste Baumann y est né mais ne s’y est jamais intéressé. L’héritage, il y a 4 ans, d’une vieille maison à côté de leur ferme a changé la donne. Il veut faire la connaissance de ses concitoyens mais constate vite qu’au village, les lieux de rencontre ont disparu. La faute au passage à niveau qui le coupe en 2 plus de 150 fois par jour ? Baumann mène une enquête approfondie avec intelligence et humour mais aussi un engagement sincère. Il s’inscrit même à la chorale des hommes qui peine à trouver la relève. Mais il ne se fait, de loin, pas bien recevoir partout. Honte au malotru qui sort sa pétoire !

A Suberg, comme un peu partout au monde (et c’est en ce qu’il le montre que le film est excellent), l’adoption de l’individualisme comme valeur suprême a entraîné la dégradation de l’agriculture et de la vie sociale. Même s’il n’a pas été voulu, c’est le résultat du combat pour la liberté mené par la génération précédente. Aujourd’hui, seuls les critères de rentabilité régissent la vie agricole et dominent l’économie en général. Pour renaître en tant que tel, le village a besoin de l’action commune de ses habitants, lesquels n'ont pas d'autre choix que de renouer les liens sociaux.

21.10.2013

5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

The Gentlemen

Sonic the Hedgehog

Invisible Man

L'appel de la forêt