Il capitale umano France, Italie 2013 – 111min.

Critique du film

Il capitale umano

Critique du film: Geoffrey Crété

Italie, près du lac de Côme. La famille Bernaschi est à la tête d’une fortune qui rayonne sur la communauté locale. Le mari, Giovanni, consacre sa vie à son capital, tandis que sa femme Carla trompe son ennui du mieux qu’elle peut. Grâce à sa fille, petite amie du fils unique des Bernaschi, Dino Ossola, un simple agent immobilier, entre ainsi dans la cour des grands, convaincu qu’il va enfin saisir sa chance de s’enrichir. Mais au fil des mois, entre la crise qui frappe le monde et un accident de route, les destins des deux familles vont être bouleversés.

Meurtre, trahison, sexe, argent, manipulation : Il capitale umano, adapté du roman de Stephen Amidon, sort l’artillerie lourde pour donner vie à cette grande saga familiale, témoin d’une Italie renversée par la crise qui a traumatisé le monde moderne. Découpé en chapitres, nommés selon différents protagonistes, le film de Paolo Virzì bénéficie d’une mécanique bien huilée et efficace, au service d’un récit à multiple facettes – thriller, drame, romance. Le problème viendra d’un rythme bancal et d’une galerie de personnages boiteux, qui luttent pour prendre vie dans une case et un temps limité à l’écran – donner un nouveau rôle de bourgeoise malheureuse à Valeria Bruni Tedeschi témoigne en outre d’un cruel manque d’imagination. Loin d’être un portrait au vitriol d’une société retranchée sur elle-même, Il capitale umano se déroule sans encombre, et sans chercher à bousculer ni ses personnages ni son spectateur.

03.11.2014

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

TOSCANE

il y a 5 ans

Excellent jeu de l’actrice Valeria Bruni T. (de temps en temps une petite ressemblance avec Monica Vitti ). Trois chemins, trois tentatives pour échapper à son destin. Trois échecs. Une fresque sociale à l’italienne. Prada et Louboutin font bon ménage. L’opportuniste qui veut jouer dans la cour des grands, quelques personnages arrogants, quelques adolescents égarés. Bon film et bon suspens.Voir plus


CineFiliK

il y a 5 ans

L'argent ne fait pas le bonheur, dit-on de coutume... Les pauvres petits riches eux-aussi ont leurs problèmes. Rien de très nouveau de ce côté-là, ni sur le contenu ni dans la forme - différence des points de vue liés à une même tragédie -. Néanmoins, ce bûcher des vanités à l'italienne tient en éveil dès les premières minutes, grâce à la qualité de la mise en scène, privilégiant un certain suspens, et de ses personnages, qui ne discernent plus la valeur des choses et des... êtres. 4.5/6Voir plus


Autres critiques de films

Dark Waters

Tenet

Adieu les cons

Yakari, La Grande Aventure