A touch of Zen Hong-Kong, Taïwan 1971 – 200min.

Critique du film

A touch of Zen

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Voilà qui pourrait bien vous détendre, une incartade dans un village de l'Empire du milieu sous la dynastie Ming, réalisée par King Hu. A Touch of Zen est ce film taïwanais splendide et dans la plus pure tradition cinématographique du wu xia pian. Un film nommé pour la Palme d’or en 1975 (battu cette année par Chronique des années de braise de Mohammed Lakhdar-Hamina).

Un film fleuve de près de 3 heures à la lenteur atypique, des chorégraphies d'arts martiaux à couper le souffle et la figure du chevalier errant dans les décors de l’ancienne Chine, pour nous conter l’histoire de Ku Shen Chai (Chun Shih), un charmant vieux garçon qui exerce la profession de peintre aux côtés de sa mère qui cherche à le marier à tout prix. Et alors qu’une nouvelle voisine vient s’installer au village, la situation semble idéale. Or, elle n’est autre que Yang Hui-ching (Feng Hsu), jeune fille recherchée pour trahison depuis l’assassinat de son père par la police politique du grand eunuque Wei. Somptueux!

15.02.2021

4.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Justice League

Sorry We Missed You

Douleur et gloire

God Exists, Her Name is Petrunya