CH.FILM

Reas Argentine, Allemagne, Suisse 2024 – 83min.

Critique du film

Conjurer la prison en musique

Critique du film: Maxime Maynard

Déjà présente au Forum de la Berlinale en février dernier, l’Argentine Lola Arias débarque à Nyon dans la catégorie Highligts du Festival Visions du réel. Et elle met un peu de musique dans les cœurs avec son film «Reas».

Après avoir été jugée coupable pour trafic de drogue, Yoseli est incarcérée. Ou plutôt, elle l’a été. Maintenant en liberté, elle et d’autres femmes et personnes transgenres rejouent leurs expériences carcérales dans une prison désaffectée. Les journées passent et iels s’ouvrent petit à petit, se confient, rêvent.

Lola Arias a bien plus d’une corde à son arc. Actrice, réalisatrice, auteure-compositeure-interprète, elle change de casquette artistique comme certains de chemises. Et c’est un peu de cette pluralité qui lui est propre qu’elle tente de transposer à l’écran en présentant son projet «Reas». Présentée au Festival Visions du Réel, l’œuvre sort d’un format classique du documentaire pour se muer en chimère cinématographique. Ainsi, avec des airs de comédie musicale, les protagonistes se mettent en scène dans une version fictionnelle de leurs propres histoires.

Sans véritable schéma linéaire, le récit est un enchaînement de reconstitutions de la vie en prison des protagonistes. Au détour de conversations, de séances de gym, d’instants privés, chacun et chacune se dévoile et partage son passé. Pour illustrer ses souvenirs, les protagonistes se mettent en scène et enfilent les costumes de parent, de policier, de juge. Mais ces mémoires mouvantes deviennent rapidement confuses, au risque de perdre le public.

Entourée de non-professionnel.les aux tonalités souvent hachées et robotiques, Lola Arias crée un joyeux foutoir aux faux airs de spectacles de fin d’année. Le résultat est bien curieux! S’il ne fonctionne qu’à moitié, la motivation et charme de l’ensemble de la distribution s’ajoutent aux rythmes des musiques, composées par la cinéaste elle-même, pour offrir une aura d’espoirs et de bonne humeur.

(Vision du Réel 2024)

14.05.2024

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Blue & Compagnie

The Fall Guy

La Planète des singes: Le nouveau Royaume

Back to Black