La Salle des profs Allemagne 2023 – 99min.

Critique du film

Quand on n’a plus que le cri

Critique du film: Eleo Billet

Depuis la Berlinale 2023, le dernier film de İlker Çatak a fait son chemin jusqu’aux Oscars et pourrait bien remporter cette année la statuette du « Meilleur film étranger ». Film social et réaliste, « La salle des profs » montre, non sans un certain cynisme, les conséquences d’une série de vol dans un microcosme et le revers des bons sentiments d’une professeure anti-conformiste.

Carla Nowak (Leonie Benesch) est une jeune enseignante idéaliste, fraîchement débarquée dans un gymnase, où les vols se multiplient. Contre l’avis de Carla, une fouille est organisée dans sa classe pour trouver le ou la coupable. Mais quand les parents du suspect défendent leur fils, Carla tente de sauver la réputation de son élève en cherchant le coupable dans la salle des professeurs. Son stratagème va malheureusement mettre dans la tourmente un autre de ses élèves, Oskar.

«La salle des profs» raconte la quête impossible de justice et de vérité dans un système à repenser. L’intelligence du scénario est d’user de son quasi-huit-clos pour suivre Carla, professeure dans la tourmente, qui tente de rattraper ses actions. Les scénaristes İlker Çatak et Johannes Duncker renforcent, en parallèle, le sentiment d’inéluctabilité et d’impossible retour en arrière, jusqu’au final, grotesque, mais efficace. Leonie Benesch aura beau crier en chœur, elle n’est rien de plus qu’un grain de sable dans ces rouages.

Certes, İlker Çatak n’est pas le premier à décrire notre société depuis une salle de classe. D’ailleurs, il ne révèle rien de neuf sur cette dernière, qu’il caricature même entre la surveillance omniprésente, la cancel-culture et les parents vindicatifs qui s’assemblent depuis les groupes WhatsApp. Aussi, le film abuse parfois de ses effets de style et souligne son message jusqu’au ridicule.

Mais en tant que thriller, «La salle des profs» déjoue les attentes et impressionne. En effet, le découpage de Gesa Jäger, appuyé par la musique de Marvin Miller, maintient jusqu’au bout la tension et permet de croire aux retournements, même les plus absurdes. Porté par Leonie Benesch, dans son rôle le plus exigeant, et une distribution de jeunes comédiens excellents, dont Leonard Stettnisch en Oskar, le film est un indispensable de ce début d’année.

07.02.2024

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 9 jours

“Entre les murs”

Des vols sont constatés dans le collège que Carla Nowak vient d’intégrer. Alors que le nom d’un de ses élèves circule, l’enseignante doute et porte ses soupçons sur quelqu’un d’autre.

Filmer l’école est un genre en soi. Le cinéma français en est friand, jonglant entre les comédies décalées et drames sociaux. Plus surprenante est l’approche allemande. Il y a peu, Thomas Lilti en faisait un métier sérieux mettant en avant les premiers pas d’un éducateur enthousiaste vite confronté à l’indiscipline d’un de ses apprenants. Scénario proche et mêmes éléments clés ici, mais abordés de manière bien plus originale et efficace. Droite dans ses bottes, Carla est parvenue à se faire respecter rapidement par ses collègues et sa classe. Telle une cheffe d’orchestre, elle n’a qu’à lever les bras pour la diriger, sous ses applaudissements. En sport, elle joue sur le collectif, quand en mathématiques, il convient de distinguer affirmation et preuve. Celle qui n’apprécie guère les méthodes utilisées pour extirper une vérité voit sa rectitude remise en cause lorsqu’elle-même s’essaie à dépasser les lignes. Anatomie d’une chute.

La partition se joue en mode thriller. Les mots « espionnage », « interrogatoire », « délation », « fascisme », résonnent avec le passé sombre du pays. La musique grinçante évoque un robinet qui goutte ou le tic-tac tendu d’une bombe à retardement. Au plus près du personnage, la caméra portée révèle une Léonie Benesch au diapason, digne jusqu’au bout. Cloisonnée entre les murs de l’établissement et le carré de l’écran, l’héroïne voit le piège se refermer sur elle, quand son jeune public devient menaçant. De quoi pousser un cri primal. L’on s’interroge sur ce besoin si rapide d’en appeler à la police et l’impact dévastateur d’une simple vidéo transgressant un droit à l’image tout relatif. Les questions sans réponses fusent et mènent à l’impasse finale, cet échec triomphal.

(7/10)Voir plus

Dernière modification il y a 9 jours


Autres critiques de films

Bob Marley: One Love

Madame Web

Ciao-Ciao Bourbine

Tout Sauf Toi